Communication 12.01.2018

Recensement 2015 : l’Insee analyse les mouvements de population entre Départements

L’Insee a dévoilé fin décembre les données du recensement de la population au 1er janvier 2015 : la France compte désormais 66,2 millions d’habi­tants, soit 1,57 million de plus qu’en 2010. L’analyse fournie par l’Insee fait part des mouvements de population entre Départe­ments entre 2010 et 2015, à l’aune du nombre de naissance et de décès (solde naturel) ; mais aussi du nombre d’entrée et de sorties du territoire départemen­tal (solde migratoire). Une démographie à la dynamique contrastée suivant les territoires…

Sans surprise, le plus grand nombre de naissances – qui re­flète la jeunesse de la population – se trouve essentiellement dans les grands pôles urbains. La Guyane, la Seine-Saint-Denis, La Réunion, les Hauts-de-Seine et le Rhône constituent le peloton de tête des Départements à solde positif su­périeur à la moyenne nationale (+0,4 %). La Creuse, la Nièvre, la Dordogne, la Corrèze et le Cantal ferment la marche avec un solde naturel déficitaire.

Il n’y a vraisemblablement que peu voire aucune corrélation entre l’âge de la population et les entrées et sorties de terri­toire. Un territoire à population vieillissante n’en est pas moins attractif.

Très globalement, les français quittent la région Nord-Est (ligne allant de la Seine-Maritime, Paris et l’est de l’Île-de-France jusqu’au Jura) et sont toujours attirés par le Sud de la France ; la Corse du Sud, l’Hérault, la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Orien­tales étant en pole position des soldes migratoires. A noter toute­fois que le littoral méditerranéen continue à subir une érosion qui se propage à 38 Départements ; particulièrement marquée pour la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et au sud-est de l’Occita­nie, où le coût du foncier est éle­vé et la dynamique du marché de l’emploi plus faible qu’ailleurs.

Paris et l’Ile-de-France enre­gistrent eux-aussi un seuil mi­gratoire déficitaire. Même si la capitale conserve un taux de na­talité élevé, notamment du fait des jeunes actifs qui s’y installent pour leurs études et leur début de carrière professionnelle, ils sont nombreux à la quitter pour d’autres pôles urbains, à la re­cherche d’un meilleur cadre de vie privée et professionnelle.

Au croisement des soldes naturel et migratoire, la population fran­çaise a cru en moyenne de 0,5 % par an entre 2010 et 2015. C’est en Guyane, en Auvergne-Rhône-Alpes, sur la façade atlantique, en Oc­citanie, en Ile-de-France et en Corse que la population a le plus augmenté sur la période 2010- 2015.

Pour connaître plus en détail l’évolution des données à l’échelle de vos territoires, rendez-vous sur la page dédiée du site de l’Insee. Les populations sont disponibles pour les différentes circonscriptions administratives existant au 1?? janvier 2017 dans leurs limites territoriales à cette date : régions, départements, arrondissements, cantons et communes.

05.08.2022 Actualité Départements de France se félicite des recommandations du Sénat et rappelle la pertinence de la maille départementale dans la prévention et la gestion des incendies Télécharger
01.08.2022 Actualité Rencontre de la Première ministre, Elisabeth Borne, et de François Sauvadet, Président de Départements de France Télécharger
23.07.2022 Actualité Finances locales : Départements de France appelle à une grande concertation en amont du PLF 2023 Télécharger