Développement durable 13.11.2019

Unique en France : l’énergie d’un parking dans l’Hérault permet de chauffer un bâtiment l’hiver

Début octobre, Kléber Mesquida, Président du Département de l’Hérault inaugurait un nouveau bâtiment 100% énergie positive dans la nouvelle agence départementale d’Olonzac. Un bâtiment intégrant l’innovation écologique Power Road qui permet, grâce à un échangeur thermique, de récupérer l’énergie générée par les rayonnements solaires sur la chaussée. Explications.

Un dispositif innovant utilisant la technologie Power Road

Le nouveau bâtiment à énergie positive exemplaire et innovant réalisé par le Département de l’Hérault multiplie les dispositifs techniques d’économie et de production d’énergie. Accueillant sur une superficie de 720 m² les services des routes et des forestiers sapeurs, cette construction associe panneaux photovoltaïques, sondes géothermiques et bénéficie pour l’enrobé de son parking du dispositif Power Road d’Eurovia. Ce système de « route à énergie positive » permet de booster la production de chauffage et d’améliorer le rafraichissement du bâtiment technique.

« Les enjeux énergétiques dans le secteur de la construction sont primordiaux dans l’Hérault, qui fait face à une forte croissance démographique. Le Département a choisi le site d’Olonzac pour faire un travail exemplaire et innovant. Si ce chantier expérimental s’avère concluant, les technologies déployées pourraient se généraliser » déclare Kléber Mesquida.

Le rayonnement solaire de la chaussée source de chaleur

Utilisé pour la première fois en France dans un bâtiment tertiaire, ce dispositif d’innovation écologique vient récupérer et stocker l’énergie générée par le rayonnement solaire sur des enrobés, puis la restitue aux bâtiments et infrastructures environnants, via un système de pompes à chaleur.

En été, dès que le soleil brille, une chaussée peut en effet atteindre 60°C en surface et 40°C sur ses 10 premiers centimètres. Dans la logique de « circuit court d’énergie », l’énergie solaire thermique captée par les enrobés est emmagasinée sous forme de calories dans le sous-sol par le biais de sondes géothermiques profondes. La couche supérieure de la chaussée dans la cour des bâtiments (400m² de voirie ont été équipés) devient alors un échangeur thermique constitué de tubes dans lequel circule un fluide caloporteur. L’hiver, l’énergie est ensuite récupérée et distribuée pour les besoins de chauffage ou de production d’eau chaude.

Un dispositif expérimenté pendant deux ans

Ce procédé fera l’objet d’une évaluation pendant deux ans, à travers une convention tripartite de suivi passée entre Eurovia, le CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) et le Département. Une réduction de 6 tonnes par an des émissions de CO2 est attendue par rapport à une chaudière conventionnelle gaz. Si ce chantier expérimental s’avère concluant, la technique pourrait se généraliser à terme.

L’énergie produite via le système de Power Road peut également contribuer à chauffer des immeubles d’habitation, des commerces ou des équipements publics, en améliorant leur mix énergétique. En hiver, elle peut aussi être utilisée pour déneiger et déverglacer les voiries en réduisant les interventions de salage et en été, pour refroidir les chaussées et contribuer à résorber les îlots de chaleur urbains grâce au captage de chaleur en surface. Une nouvelle étape dans la transition vers une économie décarbonée !