Innovation et Numérique 12.07.2017

Très haut débit – Le gouvernement veut la 4G pour tout le territoire

Le vendredi 7 juillet au soir, les principaux opérateurs de téléphonie mobile et d’internet fixe (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Iliad/Free) ont été reçus au ministère de la Cohésion des territoires. Autour de la table, Jacques Mézard et Julien Denormandie, mais aussi Mounir Mahjoubi (secrétaire d’Etat au numérique) et Benjamin Griveaux (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie). Le gouvernement voulait faire part de sa détermination à amener le très haut débit partout d’ici 2022, mais aussi à « éradiquer les zones blanches 4G ». La nouveauté de fond dans la posture du gouvernement : appréhender dans une seule démarche, internet fixe et couverture mobile.

Emmanuel Macron relie souvent l’enjeu du déploiement de la 4G, à celui de l’avancement du plan France THD. Son gouvernement semble lui emboîter le pas, et prendre acte de la convergence qui se dessine peu à peu entre réseaux mobiles, et réseaux filaires d’accès à l’internet. La rencontre avec les principaux opérateurs, vendredi 7 juillet, constituait le premier pas d’une remise à plat des relations entre l’Etat et les acteurs des télécoms. Le gouvernement a demandé aux opérateurs « d’accélérer le déploiement des réseaux fixe et mobile » et de présenter à la rentrée, une « feuille de route permettant d’atteindre l’objectif fixé par le gouvernement ».

Outre le THD pour tous d’ici 2022, un objectif qui n’est pas nouveau, le gouvernement promeut également « la fin des zones blanches 4G » : ceci constitue une évolution par rapport à la politique précédente de résorption des zones blanches, qui se focalisait sur les équipements 3G mutualisés. Une situation qui agaçait les élus locaux, conscients de consentir à des investissements importants pour obtenir une technologie déjà pour partie obsolète.

Sur le front de l’aménagement numérique, les rendez-vous vont désormais s’enchaîner. Jeudi 13 juillet, Benjamin Griveaux, Julien Denormandie et Mounir Mahjoubi reçoivent les acteurs des réseaux d’initiative publique (RIP). La Conférence nationale des territoires, le 17 juillet, abordera également l’enjeu numérique. Puis, à la rentrée, on y verra sans doute plus clair sur les instruments que le gouvernement entend convoquer pour accélérer les déploiements. Sur le terrain du mobile, les opérateurs, tout comme les collectivités, plaident pour une baisse du coût d’achat des licences, en échange d’obligations de couverture plus strictes. En attendant, le secrétaire d’ÉEat Julien Denormandie se déplaçait en Isère ce lundi 10 juillet pour inaugurer, à Besse en Oisans, un site mobile mutualisé émettant… en 3G seulement.