Développement durable 22.02.2018

Solaire 63, le Puy-de-Dôme innove dans ses politiques énergétiques

Plan climat-énergie, démarche Cit’ergie, projet TEPOS (territoire à énergie positive)… Partout en France, les collectivités veulent augmenter la part du renouvelable dans leur production énergétique. Parmi celles-ci, le Puy-de-Dôme et son initiative Solaire 63 : le Département a financé un outil qui permet d’obtenir le potentiel solaire de sa toiture. Basé sur l’utilisation en ligne du cadastre et avec une définition précise de chaque bâtiment, il offre une simulation du rendement énergétique de sa toiture, de la rentabilité d’une installation en autoconsommation, vente d’électricité ou thermique et du financement bancaire pour le projet. Eclairage sur cette initiative énergétique !

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) de 2015 a renforcé le rôle des collectivités territoriales dans la lutte contre le changement climatique. Avec 384 Gigawatts, le réservoir d’énergie solaire des toitures de nos départements serait selon l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) équivalent à près de 80 % de la demande d’électricité de notre pays ! Une manne énergétique dont le Puy-de-Dôme a souhaité se saisir en créant « Solaire 63 ». Fruit d’une collaboration entre le Département et l’entreprise In Sun We Trust, cette plateforme en ligne est un cadastre solaire « nouvelle génération ». Elle permet aux Puydômois, après simulation sur internet, de connaître le potentiel solaire (photovoltaïque ou thermique) de leur toiture, mais aussi de les accompagner dans leur projet d’installation en apportant une première estimation économique.

Des données 3D  pour une « carte vue du ciel »

Concrètement, comment ça fonctionne ? Des algorithmes conçus par le laboratoire O.I.E des Mines de Paris calibrés avec les relevés au sol de Météo France dans le Puy-de-Dôme permettent de détecter les variations climatiques locales pour mieux estimer le rayonnement solaire annuel d’une toiture. Ici pas de place au hasard ! Tout est pris en compte pour calculer au plus juste l’irradiation au m² : de la végétation pouvant porter ombrage jusqu’à l’orientation ou l’inclinaison de la toiture (ainsi que les obstacles de toit).

Gratuit, innovant et complet, le service permet aux usagers d’évaluer leur projet photovoltaïque en termes de surface exploitable, de coût mais aussi de rentabilité. Les entreprises et les particuliers intéressés peuvent, s’ils souhaitent affiner leur diagnostic, aller plus loin et poser des questions à des experts par forum, courrier électronique ou téléphone ou être mis en relation avec des installateurs locaux pour concrétiser leurs projets.

Une première pour un Département                                                                     

Après des collectivités comme Paris, Bordeaux et Nantes Métropole, le Puy-de-Dôme est le premier Département à développer un cadastre solaire pour tous ses administrés. Pour son Président Jean-Yves GOUTTEBEL, « s’engager dans une démarche de transition énergétique et écologique ambitieuse est aujourd’hui un devoir ; c’est aussi un vrai défi que, tous ensemble, nous devons relever ! ».

Avec 2 156 heures d’ensoleillement relevées en 2015 dans le Département (Classement l’Internaute, réalisé sur la base de données Météo France), le photovoltaïque a, sans aucun doute, de beaux jours devant lui dans le Puy-de-Dôme !

09.11.2018 Départements métropolitains Motion Métropoles – Congrès 2018 Télécharger
09.11.2018 Motion de l’ADF – Congrès 2018 Télécharger
08.11.2018 • Article LOCALTIS Congrès Congrès de l’ADF – Départements : l’amorce d’un dégel ?