Egalités 29.11.2018

La Seine-Saint-Denis ouvrira en 2019 un lieu d’accueil pour les jeunes femmes victimes de violences

A l’occasion des 14e rencontres annuelles de l’Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, Président du Département, a annoncé la création d’un lieu d’accueil pour les jeunes femmes de 15 à 25 ans victimes de violences. Ce lieu unique en France ouvrira ses portes début 2019 à Bagnolet et pourra accueillir chaque année 500 femmes. Il sera géré par l’association « FIT une femme un toit ». Cet exemple illustre l’une des nombreuses initiatives portées par les Départements pour lutter contre les violences à l’égard des femmes.

La Seine-Saint-Denis en première ligne face aux violences faites aux femmes

Les 14e Rencontres Femmes du monde en Seine-Saint-Denis, qui se sont tenues le 15 novembre dernier, ont donné lieu à 2 annonces importantes : l’ouverture d’un lieu d’accueil de jour pour les femmes de 15 à 25 ans et l’extension du dispositif « Un toit pour elles ».

Ces projets viennent répondre à des besoins réels. En effet, l’étude réalisée par l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes, pionnier en France créé en 2002, montre que les jeunes femmes sont les premières victimes des violences sexistes et sexuelles. Ce lieu d’accueil unique en France, en partenariat avec les Villes de Bagnolet, Paris et l’État, ouvrira ses portes début 2019 à Bagnolet. Il accueillera des femmes âgées de 15 à 25 ans victimes de violences dans l’espace familial (mariages forcés…) ou public (prostitution de mineures). Elles pourront ainsi bénéficier d’un accès aux soins, à une assistance juridique, à la contraception ou à l’IVG.

Stéphane Troussel a également annoncé l’extension du dispositif « Un toit pour elles » avec le projet « Logement Passerelle. » Ce dispositif vise à faciliter l’accès au logement des femmes victimes de violences et de leurs enfants ayant trouvé refuge dans des associations. Pour faciliter leur installation pérenne, le Département met ainsi à leur disposition des logements dont il est propriétaire, afin de faciliter la transition entre l’hébergement d’urgence et le logement pérenne. En parallèle, le nombre de logements pérennes mis à disposition par le bailleur Seine-Saint-Denis Habitat passera également de dix à quinze, ceci afin de faciliter au mieux l’installation durable des femmes passées par le dispositif « passerelle ».

A travers ces mesures, la Seine-Saint-Denis souhaite être « précurseur dans la lutte contre les violences faites aux femmes et dans l’accompagnement de ces dernières pour redevenir maîtresses de leur destin » selon Stéphane Troussel.

Les Départements acteurs de la lutte contre les violences faites aux femmes

Soutien et accompagnement des victimes, campagnes de sensibilisation, partage de bonnes pratiques… à l’instar de la Seine-Saint-Denis, les Départements agissent concrètement face aux violences commises à l’encontre des femmes. Des actions indispensables à l’heure où 225 000 femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles en moyenne chaque année en France.

Le traitement de ce fléau a d’ailleurs fait l’objet d’un atelier à l’occasion du 88e Congrès de l’ADF, qui s’est tenu à Rennes, du 7 au 9 novembre 2018. L’atelier était en effet consacré aux actions départementales en faveur de l’égalité femmes-hommes, notamment en matière de protection des femmes contre les violences et d’accompagnement des victimes.

Les conclusions de cet atelier doivent permettre la publication d’un catalogue présentant les bonnes pratiques et les dispositifs innovants qui existent dans les Départements. Il sera adressé à Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité des Droits, aux Délégations aux Droits des Femmes de l’Assemblée nationale et du Sénat ainsi qu’au Haut Conseil à l’Egalité. Une illustration de l’engagement des Départements en la matière, au lendemain de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.