Education 20.05.2020

Retour au collège pour 150 000 élèves dans les Départements en « zone verte »

Le 18 mai, de très nombreux élèves de 6ème et 5ème ont repris le chemin des collèges dans les 69 Départements encore relativement peu touchés par l’épidémie. Dans au moins 85% des établissements situés en « zone verte », soit près de 4 000 collèges, élèves, professeurs et personnels se sont ainsi retrouvés, dans le respect des gestes barrières et des règles sanitaires liées au Covid-19. Une rentrée rendue possible grâce à la très forte mobilisation des Départements.

Définir un cadre d’accueil pour la reprise

Durant deux mois, les collèges sont restés fermés, à l’exception des établissements ouverts pour l’accueil des enfants de soignants dans de nombreux Départements (Allier, Ardèche, Bouches-du-Rhône, Charente-Maritime, Bas-Rhin, Seine-Maritime, Seine-et-Marne, Vaucluse…). Rappelons que durant cette période, de nombreuses initiatives ont été mises en place, telles que la mise à disposition de tablettes et d’ordinateurs complémentaires à destination des élèves et des enseignants afin d’assurer une continuité pédagogique, ou le don des stocks de denrées périssables des cantines scolaires à des associations.

Ces deux dernières semaines, les Départements, en lien avec l’Education Nationale, se sont pleinement mobilisés pour assurer la reprise dans les meilleures conditions. Un important travail a été mené de façon à définir un cadre clair pour chaque établissement, en tenant compte des effectifs disponibles et de la configuration de chaque collège (salles de classe, réfectoire, …) pour assurer le respect des règles de distanciation et protection sanitaire. En Corrèze notamment, un protocole sanitaire a été établi pour chaque activité (accueil, entretien spécifique, restauration…) afin de garantir la protection des élèves et des personnels. 

Une reprise des cours variable selon les territoires

Depuis le 18 mai, les collégiens sont de retour en classe dans les Départements à faible circulation du virus et dans des proportions variables selon les territoires. Environ un quart d’entre eux était attendu dans le Cantal et la Creuse, Départements ruraux pour lesquels les questions de mobilité sont prégnantes et parfois complexes à gérer pour les familles. Dans le Finistère, 4 élèves sur 10 environ ont regagné leur établissement, et pour certains d’entre eux leurs internats, dans la limite d’un élève par chambre. En Haute-Savoie, 7 000 collégiens étaient attendus dans les 41 collèges du Département en cette semaine de reprise, plus de 50% des parents haut-savoyards ayant affiché leur intention d’envoyer leurs enfants au collège, soit une moyenne de 150 élèves par établissement.

S’il revient aux parents et à l’Education nationale de fournir un masque à tous les collégiens, l’ensemble des Départements s’est organisé pour doter les élèves d’un masque lavable et réutilisable en vue de la reprise scolaire. C’était par exemple le cas dès le 15 mai pour la Charente-Maritime ou le Tarn, ou le jour même de la rentrée pour les jeunes ardéchois. Dans le Maine-et-Loire, le Département a également fourni, en complément des masques, des visières de protection pour les élèves et les personnels.

Des mesures sanitaires drastiques

Dans le cadre du protocole sanitaire fourni par l’Education Nationale, les équipes départementales ont désinfecté de manière renforcée les locaux, les surfaces et les objets touchés quotidiennement. Rampes d’escalier, poignées de portes ou encore interrupteurs seront quant à eux nettoyés plusieurs fois par jour et ce malgré des difficultés pratiques, parfois propres à l’agencement de chaque collège. Afin d’éviter toute contamination, les bancs et tables de ping-pong seront quant à eux condamnés.

La gestion des circulations permettra de limiter les interactions et les récréations seront organisées en petits groupes dans le respect des distances de sécurité. La règle des 4 m² limite à 15 le nombre d’élèves pouvant se trouver dans la même salle au même moment. Au-delà, le Vaucluse prévoit par exemple de placer ses élèves en télétravail dans une pièce différente. Une telle mesure aurait l’avantage de garantir le traçage des élèves si un cas de Covid-19 était décelé.

Dans le cas où un élève présenterait des symptômes en cours de journée, il est prévu qu’il soit isolé dans une salle définie, l’infirmière du collège prenant le relais jusqu’à l’arrivée des parents. Un signalement sera alors fait à l’Agence Régionale de Santé. Dans l’éventualité de foyer épidémique à proximité des collèges, la décision pourra être prise, en concertation avec l’Education Nationale, de fermer un établissement.

Organiser la demi-pension, des solutions différenciées

La question de la restauration scolaire figure parmi l’un des nombreux sujets complexes pour les gestionnaires d’établissements, gérée différemment selon les territoires.

Dans le Tarn, les élèves se verront servir un plat chaud à table par les agents pour éviter le déplacement des élèves, empêchant ainsi le self-service où la distanciation est difficile. En Haute-Savoie, le Département s’adapte en fonction de la physionomie des établissements : des repas chauds seront servis sur table dans certains collèges, parfois des repas froids améliorés seront délivrés dans le réfectoire ou dans la classe.

En Isère, le Département produira et distribuera, exclusivement des repas froids servis dans de la vaisselle jetable (pas de plonge), par le biais des cuisines mutualisées des collèges. Pour minimiser le coût de ces repas, les tarifs de restauration ont été diminués de moitié.

Dans le Rhône, le Département a opté pour un mode de restauration sous la forme de « panier repas » privilégiant les produits locaux. Dans ce cadre, des paniers repas seront distribués gratuitement aux 3000 élèves demi-pensionnaires attendus, lors des deux premières semaines de la reprise. Cette mesure permet de garantir la sécurité sanitaire et d’aider les familles avec une mise en place progressive de la restauration scolaire.

Des Départements fortement mobilisés pour une ouverture réussie, malgré des effectifs réduits

Les équipes départementales ont dû assurer la réouverture des collèges en tenant compte des effectifs disponibles, souvent réduits (80% des agents départementaux mobilisables en Corrèze, 75% dans le Cantal…) et de la configuration propre à chaque établissement. Les agents d’entretien en charge de la désinfection ont été largement impliqués et valorisés par les équipes de direction pour définir ensemble les protocoles sanitaires.

Afin de protéger leurs personnels, les Départements procèderont à la fourniture, jusqu’à la fin de l’année scolaire en cours, des équipements et des produits spécifiques liés à la protection contre le virus. Ainsi, chaque collège sera doté de gel hydroalcoolique, savon, lingettes, essuie-tout et essuie-mains papier, ainsi que de produits d’entretien spécifiques nécessaires au nettoyage renforcé des locaux.

Enfin, chaque collège situé en « zone verte » s’est vu désigner un « référent Covid-19 » jouant un rôle multiple : sensibiliser les agents aux gestes barrières, s’assurer de l’affichage de documents relatifs à ces gestes de précaution, suivre les stocks de matériels de prévention fournis par le Département (masques, kits individuels…) et passer les commandes nécessaires. Ce dernier a pu bénéficier d’une formation spécifique pour assurer ses missions.

Une première semaine « test » avant la réouverture complète des collèges

De nombreuses interrogations subsistent concernant la date du 2 juin prochain, à laquelle doivent être évaluées les mesures de déconfinement. Les trois premières semaines auront permis de tester la réouverture des gymnases, des piscines et la mise en place des activités périscolaires 2S2C (sport, santé, culture, civisme). L’intégration potentielle des élèves de 4ème et de 3ème au 2 juin dans le respect de la règle des 4m², ne pourra se faire qu’au regard des protocoles établis, en fonction de la capacité d’accueil de chaque établissement, de leur configuration et des effectifs en place, limitant de fait le nombre d’enfants pouvant revenir au collège dans l’immédiat…

 

06.08.2020 • Zoom sur Actualité ACTED – Appel d’urgence – Explosion de Beyrouth
04.08.2020 Engagement de l’Etat auprès des conseils départementaux pour reconnaître, à travers le versement d’une prime exceptionnelle, les professionnels du domicile engagés dans les luttes contre l’épidémie de Covid-19 Télécharger
16.07.2020 • Initiative Jeunesse et Sports Budget participatif : la jeunesse se fait entendre