Solidarité et affaires sociales 22.01.2020

Réaction de l’ADF suite à la diffusion de l’émission Zone Interdite sur la Protection de l’Enfance

Les Départements ont été fortement choqués par la diffusion d’une émission de télévision (M6) le 19 janvier 2020, consacrée à la protection de l’enfance. Ils ont été bouleversés par les témoignages contenus dans ce reportage et certaines images insoutenables.

Pour autant, ils récusent les méthodes de réalisation employées (caméra cachée), la prétendue omerta des Départements et la mise en cause très violente des personnels éducatifs et sociaux.

Un fait est incontestable : les Départements sont laissés seuls pour prendre en charge les mineurs placés par voie judiciaire. Les services d’aide sociale à l’enfance sont chaque jour confrontés à des mineurs en détresse psychique, en pertes de repères, aux comportements addictifs et souvent violents qui ébranlent les professionnels, dont l’implication force pourtant le respect.

La forte augmentation des placements judiciaires à l’aide sociale à l’enfance, doublée d’une prise en charge croissante des mineurs non accompagnés, entraîne une saturation des structures, une embolie des services et révèle un manque cruel de réponses en matière de soins adaptés.

De longue date, les Départements ont alerté le gouvernement sur cette situation alarmante. Rappelons que près d’un quart des enfants placés à l’aide sociale à l’enfance présentent des troubles psychiques qui justifient une prise en charge pédopsychiatrique adaptée. Les Départements demandent donc une intervention accrue de l’Etat dans sa pleine compétence, en matière de santé. L’abandon de la psychiatrie, et notamment de la pédopsychiatrie, est un drame national.

La protection de l’enfance, c’est l’affaire de tous. Elle oblige toutes les parties prenantes à une réponse forte et coordonnée.

L’ADF, force de proposition, demande :

  • un contrat tripartite qui liera l’Etat, les Départements et le secteur associatif, au travers d’un nouvel engagement en faveur de l’enfance en danger ;
  • l’instauration d’un répertoire national des agréments des assistants familiaux ayant fait l’objet d’une suspension définitive (reprise d’une partie de la proposition de Perrine Goulet, Députée de la Nièvre) ;
  • la mise en place d’un programme d’Etat pour la pédopsychiatrie.

Les données-clés de la protection de l’enfance en France

341 000 mesures d’aide sociale à l’enfance (ASE) sont gérées et financées par les Conseils départementaux. Elles sont réparties en 52 % de placements et 48 % d’interventions éducatives à domicile.

Le budget global supporté par les Départements au titre de l’ASE se monte aujourd’hui à environ 8 Milliards d’euros. Il est en constante augmentation.

Le placement sur décision judiciaire représente 84.1% de cette dépense.

Les modes de prises en charge sont variés :

  • 47% des mineurs et jeunes majeurs confiés à l’ASE sont pris en charge par des familles d’accueil ;
  • 37% des mineurs sont pris en charge par des établissements ;
  • 16% font l’objet d’un autre mode d’accompagnement : tiers dignes de confiance, lieux de vie, appartements semi-autonomes…

 

29.03.2020 Actualité L’Assemblée des Départements de France est en deuil Télécharger
27.03.2020 Santé publique Les Départements engagés contre l’épidémie Télécharger
27.03.2020 • covid-19 Actualité L’édito de Dominique Bussereau : les Départements engagés contre l’épidémie