Santé publique 06.05.2020

Un masque pour tous : les Départements s’engagent

Depuis le début de l’épidémie, les Départements sont engagés dans l’approvisionnement, la coordination et la distribution de masques à travers leurs territoires, pour équiper notamment les établissements sociaux et médico-sociaux, en lien avec les Agences Régionales de Santé. Alors que l’ampleur de la crise sanitaire tend à imposer le port du masque de protection pour tous les citoyens, ils développent leur action par un achat en masse à destination de leur population, dans la perspective d’une sortie de confinement.

Les Départements sont en première ligne depuis plusieurs semaines afin d’approvisionner les établissements et services sociaux et médico sociaux, les professionnels de la PMI et de l’ASE, en masques et autres équipements de protection individuelle (charlottes, gants, blouses, sur-chaussures, lunettes…). Plusieurs centaines de milliers de masques chirurgicaux et FFP2 ont ainsi été commandés et mis à disposition des professionnels, dotant progressivement le personnel soignant des Ehpad, des services d’aide à domicile et les agents départementaux afin qu’ils puissent assurer la continuité des services de la collectivité dans les meilleures conditions sanitaires.

L’engagement des Départements sur ce sujet est prégnant. Comme le rappelle Christophe Ramond, Président du Tarn, « La distribution de masques n’est pas une démonstration de force au niveau international, national ou local. Personne ne doit s’approprier les masques des uns pour les autres. La priorité, reste toujours les soignants et les personnes vulnérables. »

Mise à disposition des imprimantes 3D des collèges

Dans les territoires, les initiatives foisonnent afin de produire des équipements de protection (masques et visières notamment) et d’autres pièces comme des éléments de respirateurs artificiels ou d’éprouvettes au moyen d’un réseau d’imprimantes 3D. En Guadeloupe par exemple, la Présidente Josette Borel-Lincertin a autorisé la mise à disposition des matériels financés par la collectivité dans les laboratoires de technologie des collèges.

Dans la Meuse, en appui à l’initiative de Numéripôle, espace public numérique de Bras-sur-Meuse, le Département mobilise plus de 25 imprimantes 3D de ses collèges afin de produire plus d’une centaine de visières par jour. Cette unité de production, unique en son genre, fonctionne sous la responsabilité de personnels volontaires de la collectivité, épaulés par des experts techniques bénévoles.

Dans le Maine-et-Loire, le Département a fait le choix de compléter les directives gouvernementales en s’appuyant sur une entreprise locale. 50 000 visières de protection seront ainsi distribuées dans la semaine afin d’équiper chaque collégien de l’Anjou, ainsi que l’ensemble des personnels enseignants et non enseignants du public comme du privé.

Sur le front des masques, les Départements renforcent leurs dispositifs

Les premières livraisons de masques ont été précieuses pour les soignants. C’est désormais en faveur de la population, dans la perspective du déconfinement progressif prévu le 11 mai prochain, que les Départements activent leurs réseaux : commande et conception de masques, stockage et organisation des circuits de distribution, l’approvisionnement de la population en masques dits alternatifs doit anticiper au mieux les problématiques opérationnelles et logistiques. Doter la population de masques grand public nécessite de coordonner les interventions de l’ensemble des parties prenantes et d’optimiser les moyens en agissant avec transparence, agilité et méthode.

La plupart des Départements à l’instar des Ardennes, Aube, Corrèze, Creuse, Dordogne, Gironde, Hérault, Ille-et-Vilaine, Indre-et-Loire, Lot, Maine-et-Loire, Puy-de-Dôme, Sarthe, Somme, Vendée, Vienne, Yonne, Territoire de Belfort, Essonne, Val-de-Marne, Guadeloupe, etc., s’engagent ainsi aujourd’hui dans des commandes de masques pour protéger l’ensemble de leurs habitants. Patrick Septiers, Président du Département de Seine-et-Marne qui prévoit d’acquérir 3 millions de masques (2 par habitant), rappelle « Protéger nos concitoyens, accompagner les territoires, c’est l’ADN du Département. Une raison d’être qui prend plus que jamais son sens. Notre action ne s’arrête pas à ces commandes de masques. Elle va se poursuivre ». Dans l’Allier ou dans le Calvados, des masques de taille « enfants » font également partie de la commande afin que les élèves des écoles élémentaires et les collégiens soient dotés de 2 masques chacun par le Département.

Le Département, coordinateur des initiatives alternatives et bénévoles

Le marché des masques étant en grande tension, les Départements ont souvent adopté une stratégie de commande groupée, échelonnée et diversifiée afin de s’assurer des livraisons : masques jetables dits « sanitaires », masques chirurgicaux et masques à haute protection FFP2, masques en tissu lavables, etc., ils sont nombreux à se tourner vers des solutions de fabrication locale.

En Charente-Maritime à travers l’opération « Un masque pour tous », en Charente ou encore en Dordogne, le Département a lancé un appel à tous, particuliers, associations et entreprises, désireux de réaliser des masques en tissus (modèle Afnor), en leur proposant de leur fournir la matière première (tissus, fils de couture…) nécessaire à leur création. Dans les Hautes-Pyrénées, c’est un réseau d’entraide qui s’est mis en place pour la fabrication de masques, via une plateforme en ligne entre les habitants qui proposent de l’aide et ceux qui en cherchent.

En Seine-Maritime par exemple, le Département a engagé une commande de masques alternatifs lavables à travers la plateforme « Résilience ». Cette dernière est un groupement qui rassemble des PME du textile, des entreprises d’insertion et des entreprises adaptées. En prenant appui sur cette plateforme, le Département soutient les entreprises et les associations locales puisque la filière reverse la moitié du prix d’achat aux entreprises d’insertion et aux établissements et services d’aide par le travail (ESAT).

En Meurthe-et-Moselle, le Département a lancé l’opération « Un masque pour les Meurthe-et-Mosellans » auprès de plus de 500 communes. Les masques adultes et enfants, lavables et réutilisables, sont proposés par une entreprise de confection basée à Nancy et fabriqués à partir de tissus des Vosges, produits à 100% dans le Grand Est (85 % en Meurthe-et-Moselle, 15 % dans l’Aube). L’unité de production meurthe-et-mosellane, opérationnelle depuis le 2 mai, emploie environ 70 personnes et mobilise en priorité les acteurs de l’insertion par l’activité économique, permettant ainsi d’accéder à un emploi tout en participant à cette action citoyenne et solidaire.

De la même manière en Haute-Saône, le Département et le groupe associatif Handy’Up, employant des travailleurs en situation de handicap, ont développé un partenariat inédit pour fabriquer 1 300 masques par jour et ainsi répondre, à leur niveau, aux difficultés posées par la pénurie de masques de protection. Handy’Up produit les masques et le Département, qui a financé l’acquisition des machines nécessaires (soudeuses à ultra-sons), en assure la répartition et la distribution aux acteurs de la crise, en priorisant les structures relevant du champ médico-social.

En Lozère, le Département s’est associé avec l’Atelier de confection Tufféry à Florac pour pouvoir distribuer à la population 77 000 « masques barrières ». Une initiative également mise en place dans le Gard via l’opération « couturières solidaires » mobilisant habitants et associations des quartiers politique de la ville.

Sur le terrain pour la distribution des masques

Depuis le début de la crise, les Départements ont prêté main-forte aux ARS et à l’ensemble des collectivités, associations et établissements locaux mobilisés, contribuant à la logistique de stockage et de diffusion de masques au profit des structures et personnels médico-sociaux.

En Seine-Maritime ou en Seine-et-Marne par exemple, les agents départementaux des routes ont ainsi collecté et distribué masques et équipements de protection individuelle dans des points de livraison dont la liste est établie quotidiennement par l’ARS. En Ille-et-Vilaine, les agents des SDIS sont venus appuyer le dispositif. Les distributions vont se poursuivre au profit de la population.

En Mayenne, le Département a fait appel à la solidarité de ses concitoyens pour distribuer dès début mai dans les boites aux lettres 300 000 masques en tissu lavable et réutilisables, en coordination avec les équipes municipales de chaque commune.

Proximité et répartition des agents départementaux sur tout le territoire rendent ces mesures opérationnelles et efficaces. Autant d’exemples qui illustrent toute la solidarité et l’entraide territoriale au sein même des Départements.