Solidarité et affaires sociales 26.09.2014

Les départements moteurs de la solidarité

Le Département est un des principaux acteurs de la solidarité. Son implication politique et financière annuelle (représentant une majeure partie du budget des départements) dans des politiques de solidarité génère aujourd’hui près d’1 million d’emplois.

Cependant peu nombreux sont ceux qui savent que les départements ont su croiser leur implication et leur expertise en matière de solidarités avec leur dynamique d’innovation. Et pourtant, confrontés à des situations sociales et à un contexte budgétaire de plus en plus contraignant, les départements ont su s’adapter, réagir, et inventer avec efficacité. Cette capacité d’innovation est au cœur de leur exercice remarquable des missions transférées par l’Etat tout en déployant ces dernières au-delà des champs initialement envisagés.

Au cœur des préoccupations départementales deux sujets sont traités avec une grande attention : la qualité de vie des personnes âgées et celle des personnes handicapées. Ces préoccupations sont à l’origine de la mise en œuvre de politiques volontaristes prenant en compte les mutations de notre société.

La proximité qui caractérise les conseils généraux est également constituante de la qualité de l’attention qu’ils portent à ces publics. Cette attention se traduit au quotidien par la compréhension des besoins existants tout en respectant les choix de chacun quant à son mode de vie. Dès lors cela implique d’être en mesure d’impulser des politiques publiques nouvelles afin de répondre à des problématiques concrètes : l’adaptation des logements, l’amélioration des conditions du maintien à domicile, le développement des liens intergénérationnels, favoriser l’accessibilité des services et la mobilité des personnes, etc. en bref s’assurer de réduire les inégalités afin de permettre à chaque citoyen de vivre dignement.

Parmi les innovations portées par la France des départements dans l’ensemble des territoires, qu’ils soient ruraux ou urbains, le projet ICARE développé dans les départements de la Corrèze, de la Creuse, de Haute-Vienne et du Loir-et-Cher est un exemple concret. Il permet de développer des solutions domotiques et des services liés aux nouveaux moyens de communication afin de permettre de prendre en charge la dépendance dans 2 048 foyers. Les dimensions sociales et médicales du projet liées aux nouvelles technologies (capteurs biométriques, tablette tactile de visiophonie…) en lien avec la téléassistance avancée (détecteurs de déclenchement d’un appel d’urgence, tablette de services, service de téléassistance de proximité…) permettent d’assurer le maintien à domicile de personnes âgées ou handicapées.

Parmi les enjeux de ces politiques publiques, les questions de l’accessibilité aux services et de la mobilité sont également centrales. En la matière le conseil général de la Drôme a recherché l’amélioration de la qualité des services en créant une plateforme téléphonique chargée de répondre aux usagers âgés ou handicapés quel que soit le service qui s’occupe de leur dossier. En matière de transport, le développement dans la grande majorité des départements de transports adaptés aux handicapés et parfois à la demande est un exemple concret de la prise en compte efficace de cette problématique.