Jeunesse et Sports 23.10.2014

Les départements au rendez-vous du « mouvement perpétuel » du Tour de France

Le 22 octobre dernier ASO, société organisatrice du Tour de France dévoilait la carte de la 102ème édition de cette course mythique qui renouera, 5 ans après, avec les Pays-Bas grâce à l’organisation du grand départ à Utrecht. Cet événement sportif populaire et de renommée internationale, emprunte chaque année les routes départementales qui composent en moyenne 97 % de son parcours, sauf bien sur lorsque la grande boucle fait le plaisir à nos voisins de s’aventurer sur leurs routes.

Tous les ans, ce sont plusieurs millions de spectateurs qui se massent sur le bord des routes et suivent la course à la télévision. Il s’agit d’une opportunité unique pour les départements de valoriser leurs territoires et leurs spécificités géographiques et patrimoniales ainsi que de promouvoir les politiques départementales. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux proposent au grand public des animations et des événements qui permettent tant de mettre en évidence le rôle du département dans le quotidien des français que de rendre la fête davantage réussie et populaire.

Quel rôle pour l’ADF et les départements ?

Partenaire du Tour de France depuis 2005, l’ADF intervient en tant qu’ensemblier de l’épreuve dans le cadre d’une convention de partenariat technique et institutionnel avec son organisateur A.S.O.

Concrètement, l’action des départements, se matérialise par l’intervention de 3.000 agents qui préparent les routes de l’itinéraire et assurent au mieux la sécurité des cyclistes, des suiveurs et des spectateurs en veillant à l’état des chaussées, mais aussi à tous les éléments dangereux du parcours : ronds points, rétrécissements, angles de maisons saillants, bouches d’égout posées dans le mauvais sens, etc. En somme, les départements sont les petites mains qui permettent au terrain de jeu des cyclistes d’être idéalement préparé.

L’ADF se mobilise également sur le terrain, aux côtés des départements traversés, pour s’assurer du bon déroulement de chaque étape. Elle place au cœur du dispositif, une équipe technique de 9 agents départementaux (répartis en trois pôles : Patrouille avant, Poste de Commandement mobile et Patrouille arrière) qui assure, le jour J, les dernières interventions avant le passage des coureurs notamment grâce à un camion d’intervention surnommé « Gros Léon ».

La route, une compétence départementale

C’est donc la route qui est cœur de ce partenariat, et pour cause, en France, le réseau routier départemental est géré par les Conseils généraux. Création de tronçons, rénovation, entretien et sécurisation du réseau et des ouvrages d’art qu’il comprend sont au cœur de la mission routière des départements avec pour seul objectif : tout mettre en œuvre pour que les usagers circulent dans les meilleures conditions. Cette compétence représente chaque année une part importante du budget d’investissement des conseils généraux. Afin d’assurer la qualité du réseau, ce sont aussi de nombreux agents qui travaillent au quotidien pour maintenir en état le patrimoine routier, optimiser son utilisation tout en préservant l’environnement. En bref, il s’agit d’une compétence pour laquelle les départements ont développés une expertise reconnue qui bénéficie tant aux français qu’aux événements comme le Tour de France.

L’innovation jusque sur les routes 

Moteurs de l’innovation dans leurs territoires les départements ont su innover également dans ce champ de compétences. Voici quelques exemples :

Le conseil général de la Mayenne, par exemple, a développé un programme « zéro phyto » afin d’engager une démarche de gestion des dépendances vertes de son réseau routier (3700 km). Ce programme orienté vers la recherche des polluants de proximité, le suivi de l’évolution écologique des espaces et milieux concernés par l’aménagement routier ainsi que la mise en œuvre d’un fauchage réfléchi et raisonné pour ne pas déstabiliser la biodiversité. S’inscrivant dans une vraie logique durable, les broyats de fauchages sont également réutilisés pour fabriquer de granulés à destination des chaudières industrielles, ou encore a destination de compost pour alimenter un méthaniseur.

Le Département de la Savoie et la Direction interdépartementale des routes Center Est ont développé un site internet d’information routière www.savoie-route.fr, qui permet aux usagers d’organiser leurs déplacements, de connaître l’état des routes et du trafic, d’être informés des événements majeurs survenant sur le réseau routier savoyard. Il est consultable y compris depuis les Smartphones et tablettes.

Enfin, dans les Landes, et pour renouer avec la thématique du cyclisme, le conseil général à développer un schéma cyclable Départemental. Afin de répondre à la demande croissante de développement d’un mode de transport doux, de limiter les émissions de gaz a effet de serre, mais aussi de répondre à la demande touristique et de la développer, le département s’est appuyé sur son expertise de constitution de réseau routier pour développer des itinéraires cyclables de grande qualité permettant de longer la côte en toute sécurité ou de découvrir le département via des itinéraires sur des réseaux secondaires avec un trafics faible.

19.09.2017 Jeunesse et Sports Les collectivités territoriales aux côtés de la Fédération française de Rugby pour la Coupe du Monde 2023 Télécharger
18.09.2017 Développement durable L’Assemblée des Départements de France vigilante sur le budget des agences de l’eau Télécharger
18.09.2017 Solidarité et affaires sociales Jeunes migrants étrangers : l’engagement de l’État doit être plus précis et plus ambitieux Télécharger