Le mystère du vol du cœur d’Anne de Bretagne au Musée départemental de Loire-Atlantique
Culture 03.05.2018

Le mystère du vol du cœur d’Anne de Bretagne au Musée départemental de Loire-Atlantique

Il y a quelques jours disparaissait le reliquaire du cœur d’Anne de Bretagne (1477-1514), reine de France, au Musée Thomas Dobrée de Nantes, propriété du Département de Loire-Atlantique où fut transféré le chef d’oeuvre en 1886. Une perte inestimable et sentimentale pour le Département et pour tous les Bretons et habitants de Nantes où naquit la duchesse emblématique.

« Un immense soulagement »

Dès la constatation du vol, un collectif d’associations s’est mobilisé pour retrouver la pièce d’orfèvrerie exceptionnelle, qui fait partie de l’exposition « Voyages dans les collections » du Musée Dobrée, chacun craignant que les voleurs fondent l’objet.

Une semaine après sa disparition, le cœur était retrouvé intact au grand soulagement de tous, à l’image du Président du Département de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet : « C’est un immense soulagement pour ce patrimoine commun inestimable. Je tiens à remercier les enquêteurs pour leur efficacité ».

Au cours de la conférence de presse qui suivit cette bonne nouvelle, le dimanche 22 avril, Catherine Touchefeu, vice-présidente à la culture et au patrimoine a annoncé un renforcement des conditions de sécurité du Musée Dobré dans le cadre de sa rénovation afin de « faire en sorte que le plus grand nombre puisse voir l’écrin du cœur d’Anne de Bretagne ».

Les motivations des voleurs restent inconnues à ce jour.

Cet épisode rocambolesque qui connait une issue heureuse est l’occasion de revenir sur le transfert du cœur d’Anne de Bretagne au musée départemental, quand sa dépouille repose auprès de son époux Louis XII dans leur magnifique tombeau de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

La pièce maîtresse du musée départemental

Acteurs du rayonnement du patrimoine historique et de la valorisation des identités culturelles, les Départements ont la possibilité de créer et gérer des musées. C’est notamment le cas de la Loire-Atlantique, propriétaire du Musée Dobrée, du nom de Thomas Dobrée, armateur et grand collectionneur nantais. Située en plein cœur de Nantes, le musée rassemble les collections départementales dont celles du Musée départemental d’Archéologie, donné au Département en 1860.

Depuis 1886, le Musée Dobrée accueille le « cercueil de cœur » ou cardiotaphe d’Anne de Bretagne conformément aux souhaits de la souveraine que son cœur repose à Nantes.

Reconnu Monument des sciences et des arts, le cœur d’Anne de Bretagne, conservé un temps à la Bibliothèque nationale, aurait pu être fondu à la Révolution avant d’être transféré à la Mairie de Nantes puis placé finalement au Musée Dobrée. Pendant l’Occupation, le conservateur de l’époque a caché la relique chez lui afin de la protéger.

Preuve que le souvenir d’Anne de Bretagne est encore palpable, le Département avait organisé en 2014, à l’occasion du cinquantième centenaire de sa mort, une exposition exceptionnelle de l’écrin au château départemental de Chateaubriant, bien patrimonial du Département au même titre que le Musée Dobrée.

La relique sera prochainement accessible au public, au musée départemental, afin de perpétuer l’héritage de celle qui fut duchesse de Bretagne et reine de France à deux reprises.