Economie et très haut-débit 31.01.2014

Le Département s’engage avec Pôle emploi pour accompagner les chômeurs

Afin d’organiser l’accompagnement global de publics rencontrant des difficultés sociales, le Département du Doubs et Pôle emploi ont signé une convention de partenariat. Cet accord, expérimental, marque avant tout la volonté de simplifier les démarches des demandeurs d’emploi en difficulté qu’ils soient allocataires du RSA ou non. Il s’agit de leur éviter ce « labyrinthe et ce parcours du combattant entre les deux institutions, département et Pôle emploi », comme le souligne Claude Jeannerot, président du Conseil général, à l’origine de cette initiative.

Dans les 8 agences Pôle emploi du Doubs, 8 conseillers Pôle emploi leur sont entièrement dédiés depuis le 1er janvier 2014 et travaillent en tandem avec 8 correspondants insertion recrutés par le Département qui par ailleurs mobilise l’ensemble de ses services chargés du logement, de l’enfance ou de l’autonomie, pour assurer l’accompagnement social des demandeurs d’emploi. Chaque conseiller suivra entre 70 et 100 demandeurs d’emploi.

La convention doit permettre aux conseillers Pôle emploi « d’élaborer des parcours prenant davantage en compte des aspects sociaux » et aux travailleurs sociaux ayant en charge l’accompagnement de demandeurs d’emploi de « s’appuyer sur l’expertise des conseillers Pôle emploi« .

L’accompagnement sera en effet global, intégrant les questions des freins professionnels (retour à l’emploi) mais aussi des freins sociaux (logement, règlement de factures, santé…). Le dispositif s’inscrit dans le plan de lutte contre la pauvreté présenté fin 2012, dont l’un des objectifs est de renforcer l’accompagnement et l’insertion professionnelle des allocataires du revenu de solidarité active (RSA).

Il s’agit d’une première qui devrait être étendue. Quinze autres départements devraient se lancer dans l’aventure prochainement dont le Morbihan, l’Eure et la Meurthe-et-Moselle. D’ici six mois, un retour d’expérience devrait être réalisé. Si aucun objectif chiffré n’a été fixé, l’expérience sera suivie de près. « Nous jugerons l’efficacité du dispositif à notre capacité à amener ces personnes à l’emploi et à lever les freins qui empêchaient leur réinsertion professionnelle » a expliqué le président du Doubs. Une première évaluation devrait être réalisée au bout de six mois.

P.B