Culture 28.10.2019

L’ADF décerne son prix littéraire à Jérôme Fourquet et Denis Lalanne

L’Assemblée des départements de France a décerné ce 22 octobre son prix Lamartine à l’essai à succès « L’Archipel français » et au roman historique « Dieu ramasse les copies ». L’association entend ainsi, pour la deuxième année, « récompenser une oeuvre contribuant à la mise en lumière des départements » et, plus globalement, de la France des territoires.

Il y a un an, l’Assemblée des départements de France entrait dans la danse des prix littéraires de l’automne en attribuant son premier « prix Lamartine » à deux jeunes auteurs, Pierre Adrian et Philibert Humm pour leur remake d’un manuel scolaire culte, le « Tour de France par deux enfants » ayant accompagné des générations d’élèves de la IIIe République. Leur « Tour de la France par deux enfants d’aujourd’hui » avait conduit ces deux « Kerouac de sous-préfecture » à sillonner les routes départementales à la découverte de « territoires méconnus et mal-aimés ». L’ADF avait aimé, voyant dans leur récit une jolie mise en lumière de « la France d’aujourd’hui » (lire notre article du 25 octobre 2018).

Ce 22 octobre 2019, pour sa deuxième édition, qui s’est déroulée comme l’an dernier dans les salons de la Rotonde Montparnasse, le prix Lamartine est venu récompenser un autre regard sur certains territoires mal-aimés, sur une France façon puzzle dont les pièces ont parfois plus de mal qu’hier à s’imbriquer. C’est en effet l’essai à succès « L’Archipel français », signé de l’analyste politique et directeur du département Opinion à l’Ifop Jérôme Fourquet, qui a eu les honneurs de l’ADF.  « Gilets jaunes, métropolisation, multiculturalisme, fragmentation du système politique… Les analyses apportées sont éclairantes et apportent des clés de réflexion et de compréhension de la métamorphose de la France d’aujourd’hui », résume le jury pour motiver le choix, évoquant encore « la justesse des analyses fournies par l’auteur, qui traduisent d’une manière réaliste et objective le malaise de plus en plus ressenti par des millions de Français ».

Pour cette deuxième édition, l’ADF a innové en décernant deux prix, pour deux catégories d’écrits. La catégorie essai donc, et celle du roman. Là, changement de décor et changement d’époque. La Deuxième Guerre mondiale et les combats de 1940 « qui envoient des millions de Français sur les routes, parmi les soldats en détresse ». Le roman « Dieu ramasse les copies » est signé Denis Lalanne, célèbre journaliste sportif ayant été proche d’Antoine Blondin. Le jury explique avoir été « sensible à la plume de Denis Lalanne qui offre une description des paysages français emprunté d’une nostalgie attendrissante » et poursuit : « Les territoires où s’éprouvent les serments d’amitié, d’engagement et de loyauté sont magnifiés et emportent l’imaginaire du lecteur. »

Avec son prix Lamartine – Alphonse de Lamartine fut président du conseil général de Saône-et-Loire -, l’ADF entend « récompenser une oeuvre littéraire contribuant à la mise en lumière des départements » et témoignant de « l’attachement des Français à leur territoire ». Il s’agit, explique son président Dominique Bussereau, de « tisser le lien intrinsèque entre littérature et départements, de valoriser cet échelon aussi indispensable à la construction de l’identité d’un territoire qu’à celle de ses habitants ». Le jury est présidé par Denis Tillinac. Trois autres livres avaient été présélectionnés en vue de cette deuxième édition. « Alto Braco », de Vanessa Bamberger, « Mauvaise Main », de Gilbert Gallerne, et « Chien-Loup », de Serge Joncour.