Culture 28.03.2014

La Première Guerre mondiale à la une aux Archives départementales de Gironde

Les Archives départementales de la Gironde dévoilent l’actualité nationale et internationale dans le cadre de la commémoration du centenaire 1914-1918. Cent ans après, elles proposent ainsi aux Girondins de découvrir la une du quotidien La Petite Gironde, tout au long de la Première Guerre mondiale, exposée dans le hall d’entrée des Archives.

De la période de la marche à la guerre à l’ordre de mobilisation du 2 août 1914, jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918, La Petite Gironde montre quelle fut l’information reçue par les Girondins, pendant cette période de guerre, qu’elle concerne l’actualité locale, nationale ou internationale. Créé le 7 avril 1872, ce quotidien, à l’origine simple satellite du soir de La Gironde, acquiert rapidement sa propre identité, avec un tirage de 200 000 exemplaires, en 1914, diffusés en Gironde et dans l’ensemble des départements limitrophes. Il recourt à une mise en page moderne, grâce à la présence régulière de photographies. La Petite Gironde, de tendance républicaine modérée, est alors l’un des plus principaux journaux régionaux français, aux côté de ses concurrents locaux qui sont La Dépêche (radical), La Liberté du Sud-Ouest (catholique) et La France de Bordeaux et du Sud-Ouest (radical).

Dans le cadre des commémorations de la guerre de 1914-1918, les Archives départementales mettent aussi en ligne les registres du recensement militaire des classes impliquées dans le conflit (1908-1913). En novembre 2014, les Archives départementales proposeront une exposition consacrée aux femmes en Gironde pendant la Grande Guerre. En novembre 2013, les Girondins étaient invités à se rendre aux Archives départementales de la Gironde afin de porter leurs documents datant de 1914-1918, contribuant ainsi à témoigner de cette période.  Cette opération a connu un vif succès : 138 contributions ont été enregistrées sur « Europeana 1914-1918 », dont 43 relatives à des personnes natives du Département ou y ayant vécu et 27 fonds physiques ont été donnés ou déposés, dont 3 sont constitués de documents extraordinaires par leur valeur historique ou artistique, méritant d’être signalés.

P.B