L’Ain organisait ses premiers Etats généraux des territoires
Aménagement du territoire 13.07.2018

L’Ain organisait ses premiers Etats généraux des territoires

Plus de 400 élus des Départements d’Auvergne-Rhône-Alpes et des métropoles de Lyon et de Genève ont participé aux premiers Etats généraux des territoires organisés par l’Ain dans le monastère de Brou, en partenariat avec la Caisse des Dépôts et l’Education nationale. Au-delà de promouvoir l’action départementale, ce rendez-vous a été l’occasion d’identifier des pistes de coopérations entre les collectivités. Dominique Bussereau, Président de l’ADF, était présent à cet événement.

Le Département au cœur des dynamiques territoriales 

Imaginé par le Département de l’Ain, ce nouveau rendez-vous avait notamment pour objectif de promouvoir la collectivité départementale en tant que telle, mais aussi mettre en lumière ses coopérations avec d’autres territoires.

« J’ai voulu ces Etats généraux des territoires de l’Ain, pas pour préparer une révolution. Mais pour construire notre avenir commun, ré-enchanter la politique, à tous les échelons de la pyramide territoriale de notre pays ». C’est par ces mots que Jean Deguerry, Président de l’Ain, a introduit ces 1ers Etats généraux.

L’utilité et la pertinence du Département au service du bon développement des territoires ont été au cœur des échanges, le Président du Sénat, Gérard Larcher, rappelant au cours d’une vidéo  qu’il « n’est pas une nostalgie, c’est un repère, l’échelon de la cohésion sociale et territoriale. » Dominique Bussereau, Président de l’ADF, est également intervenu pour souligner le rôle déterminant des collectivités au sein de la République décentralisée.

Ces Etats généraux des territoires visaient, au cours de deux tables rondes, à explorer des pistes pour resserrer les relations de l’Ain, tant avec les collectivités du bloc communal qu’avec les Départements limitrophes, les Régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-France-Comté ainsi que les métropoles de Lyon et de Genève. Transports, infrastructures, alimentation, accès aux soins… sont autant de domaines de coopérations, au service des habitants, existantes et à renforcer.

En conclusion, Jean Deguerry a affirmé sa « conviction que le Département doit être le pivot de nos relations et de notre organisation territoriale. »

Le début d’un nouveau processus ?

Comme leur nom l’indique, ces Etats généraux ne sont que le premier rendez-vous. En effet, le Président de l’Ain a appelé de ses vœux la poursuite des coopérations entre territoires débattues lors cette demi-journée : « Ces États généraux sont un commencement et non une fin. Nous devons réinventer nos relations avec les collectivités territoriales, pour trouver les solutions aux défis qui nous attendent. »

Plusieurs chantiers en matière de santé, formation des élus ou de relations entre le Départements et le bloc communal ont été ouverts à l’issue de la journée.

Preuve de l’émulation issue de ces premiers Etats généraux des territoires de l’Ain, David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon, a annoncé, la tenue en 2019 d’Assises territoriales à Lyon pour repenser les relations entre les Métropoles lyonnaise et genevoise et le Département de l’Ain.