Journée internationale des femmes : les Départements se mobilisent contre les stéréotypes
Egalités 04.03.2021

Journée internationale des femmes : les Départements se mobilisent contre les stéréotypes

Chaque année, la Journée du 8 mars est l’occasion de valoriser les initiatives en faveur de la place des femmes dans la société mais aussi de faire un bilan sur leur situation. Que dire, par exemple, des préjugés de nos jours sur leur rôle et les métiers davantage féminins ou masculins ? Ils sont tenaces : les femmes seraient « naturellement » multi-tâches et douées pour les langues, alors que les hommes seraient « par essence » bricoleurs et bons en mathématiques. En cela, acteurs incontournables des solidarités territoriales et de l’éducation, les Départements affichent encore et toujours leur volonté de lutter contre les stéréotypes.

Décrétée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internationale de la Femme participe à la mise en lumière des avancées réelles sur la question de l’égalité entre les femmes et les hommes. L’ONU définissant chaque année une thématique différente, le thème du 8 mars 2021 s’attachera au « Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ». A l’heure où les mobilisations collectives sont les maîtres-mots, les Départements seront au rendez-vous.

Des femmes et des prix

A commencer par l’Eure-et-Loir qui, pour saluer la Journée internationale des femmes, lance le concours Fémin’Initiatives : les épreuves se tiendront à partir du 8 mars autour du thème « l’entrepreneuriat des femmes ». Au programme : « Entreprendre en territoire fragile », « entreprendre à contre-courant des stéréotypes » ou encore « innover quand on est une femme ». Autant de sujets qui mettront en exergue l’implication du Département autour de fondamentaux sur l’emploi des femmes. Il sera également prévu un « Café des femmes », rendez-vous eurélien inédit pour un espace de paroles ouvert à toutes … et tous.

Quant au Conseil départemental de l’Ardèche, ce dernier organise chaque année le « prix du 8 mars » ayant pour objectif d’apporter un soutien financier à des associations qui œuvrent pour l’égalité femmes/hommes. Lauréat en 2020, le collectif Odette&Co et son « réseau de femmes formidables » en est une belle représentation, qui valorise et aide les femmes d’entreprise dans le territoire ardéchois.

Des femmes ancrées dans leur Département

Le Département gardois, qui a pris de l’avance, coordonne depuis le 1er mars les « Journées départementales des droits des femmes ». L’occasion de donner la parole à celles et ceux qui s’engagent au quotidien, tout comme de nombreuses associations et structures qui se mobilisent pour défendre une égalité de fait entre les femmes et les hommes. Un objectif de taille : celui de faire progresser les droits et traduire les efforts en avancées concrètes dans tout le territoire, pour donner aux femmes les places qui leurs reviennent.

Une volonté que le Conseil départemental de la Côte-d’Or partage, en organisant cette journée du 8 mars 2021 autour des femmes exerçant des métiers d’hommes, ceci plus spécifiquement dans la gastronomie : femmes restauratrices, sommelières et œnologues seront ainsi mises à l’honneur, pour parler de leur parcours et faire partager leur passion, sans tabou.

Le thème des stéréotypes sera également débattu à l’occasion de la 2e édition du Forum Egalité Femmes Hommes, organisé par le Département de la Charente-Maritime, avec pour thématique : 2008-2020 « Les grands chambardements, l’égalité à l’épreuve des crises ». Une table ronde sera notamment consacrée aux jeunes, sur le thème « Filles/garçons, cassons les clichés ». Différents intervenants au profil très divers se succéderont au cours de trois rencontres, comme Elisabeth Morin-Chartier, Présidente de l’Union européennes des femmes, Erik Orsenna, académicien, des collégiens ou encore le Procureur du Tribunal de Saintes, pour échanger sur les enjeux de cette journée internationale.

Quant au département du Val-de-Marne, celui-ci organise le 8 mars de 8h30 à 20h, une web conférence « Elles font le Val-de-Marne ». L’objectif est de donner la parole aux femmes qui font la fierté du territoire et contribuent, par leurs actions, à son rayonnement. En les présentant comme « véritables forces vives » du département, ce dernier signe sa volonté active et assumée de s’extraire des clichés, dans la continuité du plan d’actions pour l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les stéréotypes sexistes.

Le Val-de-Marne multiplie depuis de nombreuses années les initiatives et a signé une convention d’engagement pour une communication publique sans stéréotype de sexe. Un certain nombre de mesures sont proposées pour lutter, dès le collège, contre les représentations liées au sexe des métiers. Intégrer dans les fiches métiers du Département une présentation mixte, ou encore permettre aux collégiens de découvrir la mixité des métiers via des stages dans les services du Conseil Départemental, font désormais partie intégrante des dispositifs mis en place. Il s’agit d’ouvrir l’accès à des formations diversifiées, sans discrimination de genre « afin de montrer qu’il n’y a pas de disciplines réservées aux uns plus qu’aux autres » souligne son Président Christian Favier. Pour plus d’informations sur ce plan d’actions, rendez-vous ici.

Une valorisation par l’art, pour sortir des cases

Le 12 mars prochain, dans un événement animé par le Département de la Seine-Saint-Denis, Marine Spaak présentera des planches de son ouvrage de bandes dessinées « Sea, sexisme and sun » sur l’évolution de la place des femmes. Bousculant les idées reçues, c’est avec humour et pédagogie qu’elle traitera de l’émancipation des femmes et des injonctions quotidiennes auxquelles elles font face. La rencontre sera diffusée en direct sur le site internet du Département (ssd.fr/endirect)

Le domaine artistique est aussi l’une des priorités du Département de la Réunion pour cette journée. Celui-ci attribue depuis 17 ans le « Prix Célimène » dans le cadre d’un concours de créativité, destiné aux femmes artistes amateurs, dans les disciplines de la peinture, de la sculpture et de la photographie relevant du domaine des arts visuels.

Aujourd’hui, ce concours est un moment attendu par beaucoup de femmes de La Réunion qui voient dans ce rendez-vous une belle occasion de s’exprimer, de se valoriser à travers ce merveilleux vecteur de communication qu’est l’art.

Afin d’impliquer les adolescents dans les réflexions liées à la cause féminine, le Conseil départemental attribue depuis 2016, le « Prix Célimène Junior », aux collégiens des classes d’art plastiques des collèges publics et privés, en partenariat avec l’Académie de La Réunion.