Mobilité & Transport 22.02.2018

La Haute-Garonne expérimente les véhicules connectés

Depuis un mois, le Département de Haute-Garonne expérimente des véhicules connectés pour mettre au point un service d’aide à la conduite. 128 véhicules de la flotte départementale ont ainsi été équipés de boitiers capables d’enregistrer des informations via des capteurs. Les données recueillies et analysées permettront de développer de nouveaux services aux automobilistes, en lien avec l’information météorologique en temps réel ou la visibilité du poste de conduite. En route vers le futur…

Le big data au service de la mobilité de demain

Le Département est l’une des premières collectivités à participer à cette expérimentation. Depuis janvier 2018, 128 véhicules sur les 294 que compte la flotte départementale ont été équipés d’un système développé et fourni par le fournisseur automobile Continental. L’ambition est de récolter quasi en temps réel des informations sur l’état de la route, les conditions météorologiques et la visibilité. Une agrégation de données pour anticiper ce qui se passe au-delà de son champ de vision.

Concrètement, comment ça marche ? Les véhicules sont équipés de boîtiers connectés, insérés dans la boite à gants. Ce dispositif permet de collecter et de transmettre en fonction de l’usage habituel de la voiture des informations sur les conditions météo (température, pression atmosphérique, précipitations via le déclenchement des essuie-glaces, warnings), sur l’état de la surface de la route (ABS/ESP) et sur la visibilité (phares, feux antibrouillard).

Informations routières géolocalisées

Les données récoltées sont ensuite traitées de façon anonyme et analysées par Météo France et Continental afin de proposer des services pertinents, optimisés et adaptés à la conduite des automobilistes. Cette technologie permettra de créer une application mobile fournissant aux usagers des alertes géolocalisées. Elle sera disponible dans plusieurs mois, et à terme déployée dans les véhicules connectés.

Les premiers résultats sont encourageants et les perspectives intéressantes. Par exemple, l’utilisation de l’application permettra de récupérer des mesures de température, particulièrement précieuses en fonds de vallées ou en zone de montagne.

 « L’intérêt pour le Département, c’est de franchir un cap en matière d’innovation. C’est aussi d’accompagner le virage numérique du territoire : des centaines d’emplois sont et vont être créés dans le bassin toulousain grâce à ces systèmes de voitures autonomes » expliquait Thierry Martin, responsable du projet au Département, au micro de France Bleu.