Développement durable 24.04.2018

Le gouvernement a installé un groupe de travail sur le solaire

Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique, a présidé le 18 avril la première réunion du groupe de travail chargé d’accélérer le développement du solaire, mis en place dans le cadre du « plan de libération des énergies renouvelables » impulsé par le gouvernement. Après ceux consacrés à l’éolien et à la méthanisation, qui ont rendu leurs conclusions au premier trimestre (lire nos articles ci-dessous), ce nouveau groupe de travail associe l’ensemble des acteurs de la filière photovoltaïque – parlementaires, associations d’élus (Association des maires de France, Assemblée des départements de France, Régions de France, Amorce, Fédération nationale des collectivités concédantes et régies), ONG (France nature environnement), représentants des professionnels du solaire et de l’électricité, des administrations du ministère de la Transition écologique et des autres ministères (Economie et Finances, Agriculture, Culture et Armées). « Les groupes de travail sur l’éolien et sur la méthanisation ont montré que le dialogue entre tous les acteurs d’une filière permet de lever les freins au déploiement des énergies renouvelables, a expliqué Sébastien Lecornu. L’énergie solaire photovoltaïque s’impose comme l’énergie renouvelable la plus populaire et est en train de devenir l’énergie renouvelable la plus compétitive et la plus acceptable sur le territoire. Ce groupe de travail doit travailler sur l’autoconsommation, qui permet aux consommateurs de s’approprier pleinement la transition énergétique ; et exploiter de nouveaux gisements dans le domaine agricole, des bâtiments publics, des entreprises, du patrimoine et auprès du grand public. »

Cinq commissions techniques

Le groupe sera organisé en commissions techniques restreintes pour analyser les enjeux liés aux procédures d’urbanisme et à la mobilisation du foncier pour le développement de projets solaires, au modèle d’autoconsommation, à la filière industrielle solaire française, au développement de projets solaires dans les zones non-interconnectées et au cas particulier du solaire thermique. « Le groupe de travail fera des propositions opérationnelles visant à accélérer l’implantation du photovoltaïque dans le monde agricole, les collectivités locales, les entreprises (enseigne de distribution, entrepôts) et le monde du patrimoine, a indiqué le ministère de la Transition écologique dans un communiqué. Il se réunira à nouveau fin mai pour examiner les propositions émanant de ces comités restreints. Les mesures seront annoncées lors de la conclusion des travaux du groupe en juin 2018. »

Nouveaux lauréats de l’appel d’offres solaire sur bâtiments

A l’occasion de la réunion de lancement du groupe de travail, Sébastien Lecornu a en outre annoncé les résultats de la quatrième période de l’appel d’offres solaire sur bâtiments, en désignant lauréats 392 nouvelles installations pour une puissance d’un peu plus de 200 MW. Les prix proposés par ces projets sont en moyenne de 80,8 euros/MWh, en baisse de 5% par rapport au prix moyen des projets lauréats de la période précédente. Les régions totalisant le plus de projets retenus sont l’Occitanie (132 pour une puissance de 61,8 MW), Nouvelle-Aquitaine (91 pour 62,1 MW) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (64 pour 33,5 MW).