Etape 5 : Sagan renoue avec la victoire en Alsace

Vignobles alsaciens

Tour de France 10.07.2019

Etape 5 : Sagan renoue avec la victoire en Alsace

Retour en fanfare dans son fief vosgien pour notre Gros Léon ! Ce matin au départ de St-Dié, la balayeuse du Département jouait à domicile, auréolé d’un défilé de 15 kilomètres sur les routes départementales vosgiennes qu’il arpente le reste de l’année. Une entrée en matière avant de poursuivre cette 5e étape dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin : 175,5 km à travers les vignobles, des publics de passionnés amassés dans la traversée des villages aux façades de colombages, agitant leurs milliers de petits drapeaux jaunes marqués du célèbre bretzel : le Tour fut accueilli à bras ouverts en Alsace !

Les Vosges, 1er Département labellisé « Terre d’excellence cycliste »

Les Vosges aiment le vélo et aiment le Tour. En avril dernier, le Département a d’ailleurs été récompensé par la Fédération Française de Cyclisme pour son action volontariste en faveur de la pratique cycliste. Le nouveau label territorial « Terre d’excellence cycliste » vient ainsi saluer l’ambition et l’innovation des actions menées par la collectivité depuis de longues années : 200 km d’itinéraires cyclables, une application « bike.vosges », le déploiement du label Accueil vélo, le Granfondo Vosges, cyclistes occasionnels et sportifs sont servis ! Ces routes, notre Maillot Bleu les connait bien : Christophe Mengin, vainqueur d’étape sur le Tour 1997, porteur du Maillot à pois pendant 10 jours cinq ans plus tard, est natif de Cornimont.

Et pour les plus gourmands, le Département n’est pas en reste. Notre fromager du jour, La Ferme du Bennevise, élève ses 45 vaches laitières de race Montbéliarde au coeur du Parc naturel régional des Ballons des Vosges. C’est là que vous trouvez le munster fermier AOC, le carré fermier , le Petit Gris mais aussi le Chic, un fromage frais en faisselle, tous labellisés Vosges Terroir.

Gros Léon voit la vie en Vosges

Après la Meuse et ses champs de blé blondi au soleil, le Tour nous a offert un tracé grand cru, entre Gewurztraminer et Sylvaner, se faufilant entre les vignes et autant de villages aux noms évocateurs (Ribeauvillé, Riquewihr…). Il eut été tenté de faire une halte et de profiter de l’accueil chaleureux des Alsaciens. Ce sont pourtant des panneaux, des terre-pleins et des ralentisseurs qui ont animé le programme quotidien des patrouilleurs de l’ADF. Les projecteurs se sont surtout focalisés sur le régional de l’étape, le camion technique du Département des Vosges, ici dans son jardin. Cette année, le Gros Léon qui accompagnait le Tour depuis 8 ans a pris sa retraite. Mais le Vosgien a de la ressource et un tout nouvel engin technique, identique en caractéristiques (17 tonnes, balai hydraulique et 2 m3 cubes d’eau) a pris la relève. Plus agile dans les cols, plus jeune, plus beau, plus moderne, plus connecté, vive le Gros Léon 2.0 !

Les voyants au vert pour Sagan

Côté course, les quatre côtes du parcours (2e et 3e catégorie) n’auront pas pesé sur la décision finale. Scénario classique de ces étapes vallonnées, les échappés du jour sont repris et le peloton conclut l’étape au sprint, réglé par le slovaque Peter Sagan qui reprend (enfin diront certains) quelques couleurs. Les favoris ont déjà la tête à la Planche des Belles Filles qui peut s’annoncer décisive. Julian Alaphilippe conservera-t-il son Maillot Jaune ? Thibaut Pinot triomphera-t-il sur ses routes d’entraînement, lui qui vit à une trentaine de kilomètres seulement du sommet haut-saônois ?