Étape 16 TDF17 : Un parfum de victoire pour Matthews

Le Puy-en-Velay

18.07.2017

Étape 16 TDF17 : Un parfum de victoire pour Matthews

La journée de repos hier a réservé une belle surprise aux coureurs et suiveurs de la caravane du Tour. Pour ceux qui ne connaîtraient pas la Haute-Loire, ce Département situé aux contreforts du Massif Central abrite de nombreux sites plus remarquables les uns que les autres : l’ensemble cathédral surplombant le Puy-en-Velay classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, les gorges de l’Allier terrain de jeu des amateurs d’eaux vives, le lac du Bouchet au creux du cratère d’un volcan endormi… un condensé d’histoire et de nature sur cette terre de randonnée point de départ du mythique chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle (GR65). Les eaux claires, limpides, parfois bouillonnantes ne manquent pas. De quoi donner l’eau à la bouche !

Et pour ce qui touche à la gastronomie, nous avons également été gâtés : outre les Lentilles Vertes du Puy que l’on ne présente plus, la cuisine de Haute-Loire regorge de produits dérivés de la petite perle verte, mais aussi de délicieux fruits et fromages surprenants. Parmi ceux-ci, l’artisou, fromage typique de la région, mérite le détour : résultat de la transformation à la ferme du lait cru de vache selon les pratiques et savoir-faire les plus traditionnels, il présente une caractéristique étonnante : la présence d’artisous sur la croûte ! ces petites bêtes de l’ordre des acariens donnent une saveur toute particulière au fromage et lui confèrent un aspect plus traditionnel en creusant la croûte. Une spécialité qui ne laisse jamais indifférent ! Et pour les moins aventureux, notre artisan de l’Académie de Gourmandise, Vincent Brun, proposait aujourd’hui des confitures « Un brun gourmand », élaborées à base de fruits produits entre Loire, Haute-Loire et Ardèche, en agriculture raisonnée, dans des exploitations à taille humaine. Des confitures classiques, des associations insolites, les préparations à base de fruits sont cuites au chaudron et travaillées dans le respect des traditions.

Que du très bon que les spectateurs du Puy-en-Velay ont eu la gourmandise de goûter ce matin dans un Village haut en couleurs au pied du secteur sauvegardé, et dans une atmosphère très olfactive : oubliées les odeurs de fromage, c’est le Parfum de la Haute-Loire qui soufflait près de la ligne de départ. Un parfum d’ambiance que le Département a élaboré avec les entreprises locales de la filière aromatique, et en lien avec les habitants qui ont participé à l’élaboration et au choix de la fragrance finale. Ce bouquet composé d’odeur de forêts de résineux, de notes de sous-bois, de fleurs sauvage et de verveine a apporté un peu de fraîcheur dans la fournaise altiligérienne du jour, les températures dans l’air frôlant avec les 35° !

Sur un parcours jalonné de villages pittoresques, les coureurs ont subi un tout autre souffle, celui d’un vent fort, soufflant de côté et de trois quart face tout au long de la journée. La région est une habituée des rafales de vent s’engouffrant dans le couloir rhodanien. Il a d’ailleurs donné du fil à retordre à notre patrouille avant, contrainte de lester les panneaux pour éviter une prise au vent trop importante.

Au milieu des champs de culture d’abricots en Ardèche et des vignobles de Tain l’Hermitage de l’autre côté du Rhône dans la Drôme, le peloton a subi les bordures, coupant court à toute véhémence de sprint massif dont Marcel Kittel détient la clé. L’arrivée s’est réglée au sprint, mais sans le maillot vert, relégué à plus de 8 minutes de la tête de course. L’australien Michael Matthews est une nouvelle fois le plus fringant et signe sa seconde victoire d’étape sur le fil après son succès à Rodez (Aveyron). Les français sont en forme et font 3 places dans les 10 premiers : le Varois Christophe Laporte (5e), le natif de l’Essonne Tony Gallopin (7e) et l’Ornais Romain Hardy (10e). Espérons que les Alpes nous réservent encore de belles surprises bleu blanc rouge…