Education 28.02.2018

Education numérique – La prise en charge de l’équipement informatique des élèves par les familles, une idée qui fait son chemin

Mathieu Jeandron, directeur du numérique pour l’éducation (DNE), a confirmé, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, qu’il continuait de creuser « la piste du BYOD », avec les départements, afin de réduire l’équation budgétaire de l’équipement informatique scolaire. Il a par ailleurs indiqué qu’une « feuille de route du numérique pour l’éducation » était en préparation.

On le sait, l’équipement individuel des élèves en tablettes pose un « problème économique » pour « pérenniser » les dispositifs puisque la durée de vie de ces équipements informatiques est d’environ 3 à 4 ans. Mathieu Jeandron, directeur du numérique pour l’éducation (DNE, ministère de l’Education nationale), l’a rappelé lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le 14 février 2018, par la mission d’information sur l’école dans la société du numérique de la commission des affaires culturelles.
Plus précisément, pour renouveler un tel équipement, cela représente en moyenne 800.000 tablettes chaque année à acheter, pour un prix d’environ 300 euros par unité, soit 240 millions d’euros d’investissement annuel. Face à cette difficulté budgétaire, sa direction « explore » la « piste » de l’équipement personnel amené par les élèves en classe au même titre que la calculatrice. « Nous pourrions considérer que c’est une fourniture scolaire à part entière », a déclaré Mathieu Jeandron.

Une aide aux familles pour l’achat du matériel informatique

« La piste du BYOD » (pour « bring your own device », en français : « apportez vos appareils personnels ») est donc en bonne voie. Reste à « trouver les moyens d’aider les familles qui n’ont pas la capacité (d’acheter l’équipement numérique) au même titre que la calculatrice, l’équipement de sport, etc. », souligne Mathieu Jeandron. Il a confirmé aux sénateurs que la DNE poursuivait les réflexions avec les associations représentant les collectivités et les parents d’élèves, en particulier avec l’Assemblée des départements de France (voir nos articles du 19 décembre et du 19 octobre 2017) et la FCPE.
Car si le plan numérique lancé en 2015 (voir notre article du 12 mai 2015) a permis d’équiper « plusieurs centaines de milliers d’élèves », selon Mathieu Jeandron, « par rapport à une cible de 3 millions d’élèves on en est encore loin ». Il constate que certaines collectivités préfèrent investir dans des salles informatiques que dans de l’équipement individuel en raison d’une qualité des réseaux internet insuffisante pour des connexions simultanées de plusieurs dizaines de tablettes. Si bien que, au final, « la moitié des établissements ont un plan de développement partiel d’équipements collectifs ou individuels de tablettes », assure-t-il.

Une « feuille de route du numérique pour l’éducation » 2018-2022

Par ailleurs, Mathieu Jeandron a indiqué que la DNE travaille actuellement à définir une nouvelle « feuille de route du numérique pour l’éducation », afin de préciser « l’ensemble des actions sur les prochaines années ». Ce document, qui pourrait être rendu public « dans les prochaines semaines », s’inscrit dans le cadre de « l’action publique 2022 ».
Cette feuille de route comprendrait quatre axes : « le numérique comme objet d’enseignement » ; « la confiance » par rapport aux ressources pédagogiques ou encore à la protection des données des élèves ; « l’informatique pour améliorer le pilotage du système éducatif » avec notamment le chantier Sirhen (Système d’information de ressources humaines de l’Education nationale) ; « mettre le numérique au service de l’ensemble des réformes en cours ».