Des Départements aidants
Solidarité et affaires sociales 02.10.2017

Des Départements aidants

Le 6 octobre aura lieu la 8e Journée Nationale des Aidants, une journée pour dire « je t’aide ». Cette journée met en lumière le rôle clef joué par les acteurs locaux en faveur des aidants, parmi lesquels les Départements font figure de référence. L’occasion pour nous de relayer le travail de ces acteurs engagés quotidiennement auprès des aidants, pour un maintien à domicile souhaité par les personnes, et un axe fort des politiques départementales.

Les territoires, source de solutions pour les aidants

Généralement attachées à leur environnement, les personnes dépendantes expriment souvent leur préoccupation de pouvoir rester chez elles, en sécurité et d’être accompagnées au sein de leur domicile. L’intervention de professionnels, l’allocation d’aides ou l’aménagement du lieu de vie sont indispensables, mais ne peuvent couvrir l’ensemble des besoins. L’implication de la famille et de l’entourage dans l’accompagnement des aînés est un soutien majeur dans le maintien à domicile, consacré dans la récente loi ASV (Adaptation de la Société au Vieillissement).

Tout un chacun peut devenir un jour aidant. Selon la Fondation April, la France en compterait près de 11 millions. L’aidant est la personne qui vient en aide de manière régulière, à titre non professionnel, pour accomplir une partie ou la totalité des actes de la vie quotidienne d’une personne en perte d’autonomie, du fait de l’âge, de la maladie ou d’un handicap. Qu’il s’agisse de pratiquer des soins, faire les courses, effectuer les démarches administratives, etc., les tâches effectuées par les aidants pour un proche sont variées et peuvent parfois s’avérer très lourdes.

Or une grande majorité des aidants ne se reconnait pas comme tels et près de 60% des aidants ne savent pas où s’adresser pour bénéficier des aides auxquelles leur proche et eux-mêmes ont droit. Face à ce constat, les Départements et autres structures d’accompagnement agissent pour leur apporter un soutien matériel, financier ou humain. Les territoires sont en effet riches en services pratiques et fourmillent de solutions pour les aidants. La connaissance de ce qu’un territoire peut offrir d’aides concrètes et accessibles peut permettre d’alléger le quotidien des aidants.

Agir au cœur des vies

Nombre de Départements s’investissent sur ces questions. Pour la 2e année consécutive, le Bas-Rhin organise, avec l’appui des partenaires et professionnels de terrain, le Mois des Aidants du 11 septembre au 21 novembre 2017. Groupes de discussion, journées portes ouvertes, ciné-débats, différents et lieux ressources sont mis à disposition dans les territoires pour informer et orienter les personnes dépendantes et leur entourage, ou tous ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur les dispositifs.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, le Département et l’Agence du Numérique ont organisé ce mardi 26 septembre les 1ères rencontres pour les professionnels de l’autonomie. Cet événement était destiné à explorer les apports du numérique dans le quotidien des personnes fragiles mais aussi des professionnels de l’aide à domicile. Un exemple concret ? Le robot Cutti. Ce compagnon des seniors nouvelle génération offre différentes activités interactives et une interface permettant depuis son domicile de communiquer avec la famille, les amis ou le médecin. Une preuve que le numérique peut favoriser le maintien à domicile !

Au quotidien aussi, les aidants peuvent être accompagnés à travers les lieux d’accueil du Département tels que les MDPH ou les MSD. Dans le Val-de-Marne notamment, le Département a souhaité territorialiser ce soutien en ouvrant des lieux de proximité : les « Espaces Autonomie ». Les personnes dépendantes et leurs aidants peuvent désormais s’y rendre pour obtenir des réponses et un soutien en matière d’accès aux droits, de recours aux aides ou d’accompagnement.

A compter de janvier 2018, 3 Départements devraient expérimenter le dispositif de répit de « relayage ». Inspirée du « baluchonnage » d’origine québécoise en version adaptée au droit français, cette pratique vise à permettre aux aidants de personnes âgées dépendantes, via un relais 24h/24 de services d’aide à domicile, de souffler quelques jours. Un modèle original qui constituerait une bouffée d’oxygène pour l’aidant, sans conséquence négative pour l’aidé.

Des solutions d’accompagnement existent, alors poussez la porte des structures locales, consultez les acteurs du soutien aux aidants, avec une seule et même ambition : faciliter les parcours de vie des personnes.