Culture 31.10.2017

Les Départements pour prévenir et lutter contre l’illettrisme

Selon les critères de l’OCDE, la situation de la France face à l’illettrisme est considérée comme préoccupante : le pays se classerait au 22e et 21e rang sur 24 pour la maîtrise de l’écrit et des concepts numériques et mathématiques. Pour lutter contre ce phénomène massif, véritable obstacle à l’insertion professionnelle, Thierry LEPAON, délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale, rencontre les différents acteurs institutionnels, dont les Départements de France.

Garantir le français partout et pour tous

Le constat est alarmant : 6 millions de personnes rencontrent des difficultés dans la maîtrise de la langue française. Parmi celles-ci, la moitié est sur le marché du travail, et 4,5 millions de personnes ont des difficultés qualifiées de graves ou fortes, dont 3 millions ont pourtant reçu un apprentissage de la lecture sans la maîtriser.

Face à cette situation, le gouvernement a nommé en février 2017, Thierry LEPAON, en tant que Délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale (DILFCS) auprès du Premier Ministre. En étant conjointement Président de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), sa mission principale est d’apporter son concours à la définition et à la mise en œuvre des politiques visant l’accès de tous à la maîtrise de la langue française.

Lutter contre l’illettrisme, accompagner les mobilités professionnelles et sociales, renforcer la formation linguistique des migrants, garantir un « droit au français pour tous » quel que soit le parcours de vie, contribuer à réduire les fractures numériques, faciliter l’accès aux services publics et aux droits constituent les principaux défis à relever pour cette délégation interministérielle.

Les Départements ont un rôle important à jouer

La mission de la délégation est d’inciter aux partenariats entre l’État et les collectivités territoriales, les partenaires sociaux, les établissements publics et le secteur associatif. C’est donc tout naturellement que les Départements sont sollicités.

Le 19 septembre dernier, Pierre MONZANI, Préfet, Directeur général de l’ADF, a reçu Thierry LEPAON qui lui a présenté ses missions. La délégation interministérielle souhaite que l’ADF soit représentée au sein du Conseil d’orientation stratégique qui devrait être mis en place prochainement par le Premier Ministre.

Au niveau local, les Départements contribuent déjà au développement de projets, d’actions et de partenariats sur leur territoire. Lors des 4ème Journées Nationales d’Action contre l’illettrisme – du 8 au 15 septembre dernier – l’Isère a par exemple organisé un après-midi de rencontres et d’échanges avec les bibliothécaires et les partenaires isérois sur le thème du jeu et de l’illettrisme. Même chose pour la Côte d’Or qui tenait sa deuxième vente de livres et CD pour un prix unitaire de 0.50€ au lendemain de ces journées. La mobilisation s’exprime également par la subvention d’associations qui œuvrent à lutte contre l’illettrisme. La Meurthe-et-Moselle s’est engagée à travers un partenariat avec l’association Labo des histoires en charge de transmettre la passion de l’écriture  aux jeunes de 12 à 25 ans.

Enfin, le Département étant en première ligne en matière de politiques sociales, il est envisagé une expérimentation dans un Département pilote afin d’améliorer l’accès aux savoir de base pour les personnes en insertion, notamment les bénéficiaires du RSA.