Les Départements, acteurs à part entière de la sécurité

Atelier sécurité du Congrès ©Thierry Martrou

Congrès 28.10.2019

Les Départements, acteurs à part entière de la sécurité

« Quelles initiatives et quelle stratégie de prévention des risques les Départements mettent-ils en place ? Comment leur action s’articule-t-elle avec les autres acteurs publics et privés ? » Pour la première fois à l’occasion du Congrès de l’ADF, la prévention des risques et de la gestion de crise ont constitué le thème principal d’un atelier coprésidé par Nadège Lefebvre, Présidente de l’Oise et Kléber Mesquida, Président de l’Hérault.

Risques d’atteintes malveillantes accrus par le développement du numérique et l’augmentation de la violence dans les rapports sociaux, risques climatiques pouvant provoquer des crises importantes, phénomènes de radicalisation, les territoires sont de plus en plus exposés. Dans ce contexte, à l’instar de toutes les collectivités territoriales, les Départements agissent quotidiennement pour renforcer la sécurité de leur patrimoine, de leurs agents comme de leurs usagers.

Les Départements investis pour renforcer la sécurité

En s’appuyant sur l’exemple de l’Oise, l’atelier est venu affirmer la capacité des Départements à mettre en place des dispositifs techniques, des procédures ou des formations pour renforcer la sécurité des agents comme de leurs infrastructures. Dans le Département, cette volonté s’illustre par le développement d’un système de vidéoprotection et d’un centre de supervision. Un tel investissement offre des perspectives de mutualisation avec les autres acteurs et collectivités. A cet égard, l’évolution du cadre juridique est nécessaire pour donner aux Départements les moyens d’opérer pleinement leurs expérimentations. L’ouverture d’une consultation préalable à la rédaction d’un prochain livre blanc sur la sécurité serait l’occasion d’exprimer une telle nécessité.

Cette capacité d’innovation a également été soulignée par Valérie Nouvel, Vice-Présidente du Département de la Manche et de la commission Innovation et Numérique de l’ADF : « Une réflexion est  en cours au sein de notre commission pour expérimenter le partage d’informations entre les collèges et les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) via leur futur système de gestion des interventions NexSIS 18-112. Cette expérimentation pourrait permettre une prise en charge rapide d’un élève en cas d’intervention. »

Kléber Mesquida et Nadège Lefebvre ©Thierry Martrou

Le rôle du Département réaffirmé dans un dispositif global de prévention des risques

Le rôle du Département s’inscrit dans un dispositif global de prévention des risques et de gestion de crise associant de nombreux acteurs. Plan de prévention routière, évacuations en cas d’événement majeur, etc., les Départements planifient ainsi leur continuité d’activité, en particulier face à des risques climatiques. Dans l’Hérault, un dispositif de sapeurs-forestiers œuvre pour prévenir les risques d’incendie.

« Une étroite collaboration entre les services du Département – notamment des routes- et le SDIS est aussi un gage de résilience en cas de crise », précise le Département du Cher. Le maillage territorial  des casernes offre ainsi des capacités de recueil en cas de coupures d’axes, tandis que leurs moyens de communication garantissent également une capacité de liaison.

Le Département du Loiret insiste sur la nécessaire coordination avec l’Etat et les autres acteurs pour assurer une bonne gestion de crise. Il a récemment développé un portail d’identification des risques permettant aux communes d’élaborer des plans communaux de sauvegarde. L’initiative permet à la fois de répertorier les risques et d’uniformiser la mise en place des Plans communaux de sûreté (PCS) et des Plans particuliers de mise en sûreté (PPMS).

Des partenariats locaux pour prévenir les risques d’atteintes aux personnes

Le Département des Vosges a pris en compte cette dimension partenariale en soutenant une action de proximité conduite avec la gendarmerie nationale. Ensemble, ils ont conduit une campagne de sensibilisation en direction d’un public peu connecté. Des messages de prévention ont ainsi été apposés sur divers emballages (pains, médicaments, etc.) distribués par les gendarmes aux boulangeries et aux pharmacies qui ont adhéré spontanément au projet. Face au succès de l’opération, ils envisagent déjà de décliner la mesure vers de nouveaux publics pour d’autres messages ciblés (risques liés à l’usage d’internet dans les collèges par exemple).

Le Département du Cher a rappelé la nécessité d’un échange fluide d’informations entre les partenaires. En matière de prévention de la délinquance, des situations préoccupantes peuvent ainsi être détectées par les services du Département qui pourra en faire le signalement aux structures compétentes ou inversement. L’idée serait, selon l’élu du Cher,  de développer au sein des conseils départementaux des fonctions transverses de sûreté permettant d’assurer une veille sur les risques, un contact avec les différents acteurs et une coordination de la participation aux différents dispositifs.

Autant d’idées et d’exemples de bonnes pratiques illustrant le rôle des Départements, acteurs à part entière dans le renforcement global du niveau de sécurité.