Aménagement du territoire 05.03.2014

De nouvelles perspectives pour Cantal ingénierie et territoires

Le Conseil général du Cantal a choisi de s’impliquer dans le domaine de l’ingénierie publique (montage et suivi de projet). Un an et demi après sa création en juillet 2012, l’Assemblée générale de l’Agence Technique Départementale a dressé un bilan de son activité, et ouvert les perspectives pour 2014 : l’occasion de mettre en lumière le travail réalisé au service des communes et notamment les plus rurales du Département.

Créée par le Conseil général, Cantal Ingénierie et Territoires, établissement public administratif, a pour rôle d’accompagner les communes et les collectivités partenaires du département dans la réalisation et le développement de leurs projets (travaux de voirie et de réseaux, d’eau et d’assainissement ainsi que sous forme de conseils juridiques et administratifs dans la continuité de ce qui existait déjà au sein du Conseil général.

Cet outil d’ingénierie publique compte 211 adhérents (188 Communes, 12 Communautés de Communes et Communauté d’Agglomération, 11 Syndicats de Coopération Intercommunale). A ce jour, les quelques 270 demandes d’interventions enregistrées par l’agence ont engendré plus de  15 millions d’euros de travaux dont 6,2 millions pour le volet voirie et 6,9 millions pour le volet eau et assainissement.

La pertinence et le besoin d’un tel outil pour les collectivités du département ne sont plus à démontrer. Ce type de structures rencontre d’ailleurs un vif succès : Cantal Ingénierie et Territoires est régulièrement sollicitée par des départements qui sont en phase de réflexion pour la création d’une agence technique. De nombreux échanges ont eu lieu notamment avec les Hautes Alpes, la Corrèze ou l’Aude. Ce périmètre d’intervention est évolutif et s’adapte aux besoins des adhérents. Pour Vincent Descoeur, président du Conseil général : « Cantal Ingénierie et Territoires peut se féliciter de la montée en puissance de l’activité, l’enjeu pour 2014 sera de conforter ces résultats et d’encourager de nouvelles initiatives notamment dans le domaine du patrimoine bâti des communes, de la dématérialisation et du développement du numérique dans les écoles. »

Différentes missions d’assistance existaient déjà au sein du Conseil général (mission d’assistance aux collectivités de la DJAPI, mission d’assistance à la gestion de l’eau, contractualisation avec les territoires…) et cette réflexion s’inscrit dans un contexte global particulier où face à l’évolution des missions de l’État, les Départements sont appelés à prendre le relais en matière d’ingénierie publique locale.

P.B