Culture 18.12.2020

Colloque de la Fédération Arts Vivants et Départements en Haute-Loire : restitution nationale du projet piloté par le LUCAS

Lancé en 2019 à l’initiative de la Fédération Arts Vivants et Départements présidée par Claudy Lebreton, ancien Président de l’ADF, le LUCAS (Laboratoire d’Usages Cultures Arts Société) trouve son origine dans le besoin d’observer les transformations institutionnelles depuis les dernières lois de décentralisation. Le LUCAS a pour objectif de proposer un état des lieux de la coopération culturelle entre Départements et intercommunalités et de tester de nouvelles formes d’ingénierie territoriale en accompagnant les groupes de collectivités pilotes dans l’expérimentation de nouveaux cadres de coproduction de politiques culturelles.

Un partenariat multipartite

Depuis son fonctionnement, les orientations du LUCAS sont coconstruites par les membres du comité de pilotage réunissant le Ministère de la Culture, l’Assemblée des Départements de France (ADF), l’Assemblée des communautés de France (AdCF) et l’Agence nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT).

Pour répondre aux besoins repérés et à l’ambition du projet, la FAVD s’est entourée d’acteurs complémentaires que sont le Bureau des possibles et Villes Innovations. La Fédération a également sollicité l’accompagnement scientifique de deux universitaires : le politologue Emmanuel Négrier, directeur du CEPEL (Centre d’Etudes Politiques Et sociaLes) à l’université de Montpellier et le sociologue Aurélien Djakouane, chercheur au SOPHIAPOL (Sociologie, philosophie et anthropologie politiques) de l’Université Paris-Nanterre.

Un colloque accueilli par la Haute-Loire

Les 10 et 11 décembre dernier, le colloque national de la FAVD, accueilli par le Département de la Haute-Loire et son Président Jean-Pierre Marcon, était l’occasion de faire la restitution nationale des travaux du LUCAS. Il a permis :

  • De partager les conclusions provisoires des travaux et les expériences vécues par les acteurs de terrain impliqués dans les territoires de la recherche-action ;
  • De confronter les points de vue en complémentarité : politiques, universitaires, professionnels ;
  • Et d’ouvrir quelques chemins pour le futur !

Les échanges qui se sont tenus pendant ces deux jours ont été fondamentaux puisqu’ils contribueront à l’écriture du dernier volet du rapport Lucas à paraître début 2021.

Des méthodes de travail innovantes

La recherche du LUCAS s’est structurée autour des constats dégagés de l’état des coopérations Départements / intercommunalités en matière de politiques culturelles : pourquoi coopérer en matière culturelle ? Comment ces coopérations se manifestent-elles ? Assiste-t-on à une reconfiguration de la territorialisation de l’action culturelle ? Quels effets de la coopération ?

10 études de cas auprès de territoires ont été réalisées (Ardèche, Calvados, Finistère, Loire-Atlantique, Haute-Loire, Mayenne, Meuse, Nièvre, Haut-Rhin, Val d’Oise) et quatre territoires ont été sélectionnés pour expérimenter des « laboratoires vivants » : la Haute-Loire, le Haut-Rhin, la Nièvre et le Val d’Oise.

Par ailleurs, grâce au relais de l’ADF, un questionnaire global a été diffusé à l’ensemble des Départements.

Des coopérations Départements / intercommunalités en pleine expansion

Il ressort des différents éléments que 90% des Départements enquêtés développent leurs politiques culturelles en coopération avec les intercommunalités. Si les raisons qui poussent à cette collaboration sont diverses (volonté politique, réformes territoriales, baisse de financements publics, etc.), les coopérations Départements/intercommunalités se multiplient dans les territoires et donnent à penser une nouvelle territorialisation de l’action culturelle.

Le mouvement est encore nouveau et suppose des transformations durables dans les manières de travailler qui posent encore des difficultés. Ainsi, ces coopérations culturelles se heurtent à l’appréhension du trans-sectoriel. Dans des administrations habituées au travail en silos, la transition n’est ni naturelle ni évidente. Nous assistons à la naissance d’une cuture de la coopération.

4 territoires « laboratoires vivants »

Et c’est bien pour accompagner ces changements, aider à la « maïeutique de la coopération », que le LUCAS organise dans 4 territoires des « laboratoires vivants ». Pour passer de la « recherche-action » à « l’action-recherche », il s’agit de coconstruire avec les citoyens, les acteurs culturels et associatifs, les agents publics, les élus et les scientifiques du territoire, des pistes d’action inédite dans le champ de la culture de la coopération Département/ intercommunalités. Ce faisant, le LUCAS accompagnera la diffusion d’une culture et d’une ingénierie de la coopération dans les territoires expérimentateurs.

Cette nouvelle phase importante pour le LUCAS est enclenchée depuis le 3 décembre dans le Département de la Haute-Loire avec les élus et techniciens du Département et des communautés de communes. Les Départements du Val d’Oise, du Haut-Rhin et de la Nièvre ont également amorcé la phase de préfiguration.

Fort de leur partenariat, la FAVD sera invitée à présenter ses travaux dans le cadre du groupe de travail Culture et Patrimoine de l’ADF.

Annexe : rapport intermédiaire de la FAVD.