Innover pour conforter l’offre de soins de proximité en Saône-et-Loire
Santé publique 18.04.2018

Innover pour conforter l’offre de soins de proximité en Saône-et-Loire

Les questions d’accès aux soins et de désertification médicale sont des sujets sensibles dans tous les Départements de France et particulièrement criants dans les zones rurales. C’est sur ce thème que le Département de Saône-et-Loire et l’ADF ont organisé, le 25 avril prochain à Mâcon, une nouvelle session des Ateliers des Départements de France. La Saône-et-Loire multiplie les initiatives originales dans son territoire pour faire face à la baisse continue des médecins généralistes, la plus emblématique étant celle de salarier des médecins. Dominique BUSSEREAU était présent aux côtés du Président André ACCARY et des intervenants spécialistes des questions médicales et de santé publique.

Les métiers de santé ont particulièrement évolué. Cette situation, nous la devons à une évolution profonde des aspirations des praticiens et il faut bien le constater, le temps du médecin de campagne, du médecin de famille officiant 15 heures par jours est révolu !

Aujourd’hui, un jeune médecin qui s’installe souhaite bénéficier d’un confort de vie différent et d’un exercice de la médecine pluridisciplinaire et connectée.

Au cours de cette journée, deux Ateliers ont permis de s’interroger sur ces questions d’offres de soins dans les territoires :

Atelier n°1 : Comment développer l’offre médicale de proximité dans les milieux ruraux ?

Aujourd’hui, différentes solutions existent et cohabitent afin d’attirer les médecins dans les milieux ruraux. Le Département de Saône-et-Loire innove en la matière en proposant un Centre de Santé Départemental. La nouveauté réside dans le salariat de médecins à l’échelle départementale afin d’apporter une réponse locale tout en ayant une vision globale de la situation.

Pour évoquer ce sujet et présenter cette innovation, Claude CANNET, 2e Vice-présidente du Département de Saône-et-Loire, a présenté les grands principes qui ont guidé cette action. Après quelques mois de fonctionnement, les Docteurs Didier CLERGET et Pascale ROLLIN, médecins salariés du Centre de Santé Départemental de Saône-et-Loire ont évoqué cette approche différente de la médecine. Ces propos ont été complétés par le Dr Hélène COLOMBANI, Présidente de la Fédération des Centres de Santé. Par ailleurs, les centres de santé ne sauraient être la seule réponse en matière de désertification médicale. Aussi, de nombreuses collectivités se tournent vers les Maisons de santé. Christophe ROHRBACH, Directeur médical de la Fédération des Maisons de Santé, interviendra sur ce sujet.

La réponse institutionnelle à la désertification médicale doit être traitée dans son ensemble et en coopération avec les acteurs concernés. Geneviève FRIBOURG, Déléguée territoriale de Saône-et-Loire de l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté et Clarisse MITANNE-MULLER, Directrice de la Caisse Primaire d’Assurance maladie de Saône-et-Loire, ont apporté leur expertise sur les causes et les conséquences du manque de médecins dans certaines zones.

Atelier n°2 : S’affranchir des distances pour se soigner, quelles solutions techniques ?

Les évolutions technologiques tendent à réduire les distances. Cet état de fait, nous le devons à l’amélioration des matériels, à la formation des professionnels mais aussi à la capacité des réseaux de télécommunication à transmettre un grand nombre de données.

La télémédecine peut-elle constituer une partie de la réponse au manque de médecins ? C’est ce que cet Atelier a tenté de déterminer.

Le Dr Franck BAUDINO, président de H4D (société spécialisée en télémédecine) qui a installé en 2014 une cabine de télémédecine dans un EHPAD nous a fait part du retour d’expérience qu’il a pu constater. Josiane CORNELOUP, Députée de Saône-et-Loire et ancienne maire de Saint-Bonnet-de-Joux où elle a porté un projet de la sorte a donné son ressenti sur le sujet. Entre réalités locales et aspirations nationales. Clément CARLIN, Chargé de mission « télémédecine » de l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté a exposé la stratégie de l’Agence en la matière pour la grande région.

Enfin, le Département de Saône-et-Loire a proposé un appel à projet afin de mettre des dispositifs de télémédecine en place : communes et professionnels de santé ont candidaté. Marie-Claude JARROT, Présidente de l’Association des Maires de Saône-et-Loire et Maire de Montceau-les-Mines, commune lauréate de cet appel à projets et le Dr Didier MALLAY, Médecin généraliste au Centre hospitalier de Tournus et utilisateur de ces dispositifs nous ont exposé les avantages, mais aussi les inconvénients, que présentent de telles technologies, pour les professionnels et les usagers.

Ces débats ont été animés par Dominique LEHALLE, journaliste spécialisée e-santé.

3 questions à… André ACCARY, Président de SAÔNE-et-loire

  • Le Département de Saône-et-Loire accueil le 25 avril prochain, à Mâcon, les Ateliers des Départements de France, pourquoi organiser cet événement ?

L’initiative de l’ADF de venir parler des territoires dans les territoires est particulièrement intéressante. Elle nous permet d’exposer et d’explorer un thème porteur et sur lequel un département est dynamique et reconnu. C’est important, cela permet de montrer qu’il existe des initiatives novatrices dans les territoires.

  • Justement, les Ateliers en Saône-et-Loire portent sur la santé et plus particulièrement sur les pratiques innovantes pour conforter l’offre de soins de proximité dans les territoires, pourquoi choisir ce thème ?

En Saône-et-Loire, nous sommes confrontés à un déficit médical sur le Département. C’est vrai en zone rurale, dans l’ouest du Département mais également dans les agglomérations, comme Chalon-sur-Saône. Le Département de Saône-et-Loire a donc souhaité proposer une solution innovante, un Centre de Santé qui agirait à l’échelle du Département. C’est une première en France et il nous semblait intéressant d’exposer, au travers des Ateliers des Départements de France, la réflexion mise en place pour un tel dispositif. Aujourd’hui nous avons quelques mois de reculs depuis le l’installation officielle des médecins à Digoin en février dernier. Cet événement sera l’occasion d’en parler !

  • Quelles sont les thématiques qui seront abordées ?

En premier lieu, nous sommes des élus. Nous allons donc avoir une approche institutionnelle de notre thème, mais pas que ! Le but est de faire intervenir des professionnels, qui vivent au quotidien ces problématiques-là. 

Le premier Atelier traitera de la manière de développer l’offre médicale de proximité dans les territoires ruraux. Nous allons voir quelles réponses existent déjà, comment elles s’imbriquent avec l’offre de soins existante et la manière donc la présence de personnels médical vitalise un territoire. Le maillage existe mais la couverture ne répond ni aux besoins de la population, ni aux enjeux. Cet Atelier dressera un état des lieux et nous évoquerons l’activité du Centre de Santé Départemental avec la présence de professionnels qui y exercent.

Le deuxième atelier se veut plus porté vers l’avenir mais déjà ancré dans le présent ! Nous allons évoquer la télémédecine et ce qu’elle change dans notre rapport aux soins, de l’approche des professionnels, de la prise en charge etc…

Nous commençons à avoir un certain recul qui nous permette de tirer des enseignements. Par ailleurs ce sujet est complètement dans l’actualité puisque des évolutions réglementaires sont prévues. C’est donc avec plaisir que je vous accueillerai, le mercredi 25 avril prochain, à partir de 14h à Mâcon !