Solidarité et affaires sociales 19.10.2018

Action sociale et médico-sociale : une organisation interdépartementale dans les Hauts-de-Seine et les Yvelines

A travers leur schéma interdépartemental d’organisation sociale et médico-sociale adopté le 28 septembre dernier, les Hauts-de-Seine et les Yvelines préparent les services sociaux de demain. Ce schéma décline les orientations politiques communes et les actions prioritaires en matière d’autonomie, de la famille, d’enfance et d’insertion que les deux collectivités vont mettre en œuvre dans les cinq ans à venir en faveur des personnes vulnérables. Une nouvelle étape dans le rapprochement des Départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines.

Les enjeux du schéma interdépartemental d’organisation sociale et médico-sociale

Les Yvelines et les Hauts-de-Seine représentent aujourd’hui 3 millions d’habitants, soit un quart de la population d’Ile-de-France. Les cinq dernières années, les deux territoires ont bénéficié d’une croissance démographique de 1,7 %. Une évolution qui devrait se poursuivre d’autant que les perspectives démographiques à l’horizon 2030 entrevoient une hausse de 7 % de la population, atteignant ainsi 3,22 millions de citoyens. Les moins de 20 ans augmenteraient de 1,8%, passant à 800 000 en 2030. Parallèlement, le vieillissement de la population se poursuivra : les 65 ans et plus augmenteraient de 37,8% et atteindraient 600 000 habitants en 2030.

Face à ces enjeux démographiques et sociétaux, les deux Départements ont souhaité unir leurs forces et leurs savoir-faire pour apporter des réponses concrètes aux attentes de leurs concitoyens. Le nouveau schéma interdépartemental d’organisation sociale et médico-sociale viendra ainsi couvrir l’ensemble des compétences dans le champ des solidarités. Il annonce clairement les actions qui seront menées en faveur de l’enfance, de la jeunesse, de protection maternelle infantile (PMI), des personnes en recherche d’insertion socioprofessionnelle, des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, dans les cinq ans à venir. Il met l’usager au cœur des politiques de solidarité afin de simplifier les démarches administratives, à travers notamment l’accompagnement numérique.

Des rapprochements et mutualisations entre services

La mise en œuvre du schéma passe par des rapprochements et une nouvelle organisation des services des deux Départements pour agir sur les quatre volets :

  • Dans le domaine de la PMI par exemple, un certain nombre de fonctions seront partagées (équipe médicale interdépartementale, plateforme téléphonique commune pour la prise de RDV, formation commune des assistants maternels, commandes groupées de vaccins…).
  • Sur l’Insertion, l’objectif est de permettre à 60% de bénéficiaires du RSA inscrits dans un parcours emploi d’accéder à un emploi après 12 mois d’accompagnement. Cela passe notamment par la mise en œuvre d’outils partagés et la facilitation des échanges entre acteurs des deux territoires (adhésion des Hauts-de-Seine au GIP ActivitY, plateformes de mise en relation des entreprises et des bénéficiaires du RSA).
  • En matière d’autonomie, les deux Départements mettront plus particulièrement l’accent sur l’accompagnement numérique (plateformes de service en direction des personnes souffrant de troubles autistes, en situation de handicap psychique, recours aux télé-procédures…).
  • Sur les politiques de l’Enfance et la Jeunesse, une priorité sera donnée à la prévention, auprès des plus jeunes, des collégiens ou des 16-25 ans en « décrochage », et à l’adaptation de l’offre aux besoins des enfants et des familles, avec le développement d’accueils modulables.

Une démarche unique en son genre qui marque une nouvelle étape dans le rapprochement des deux Départements, dans un souci constant d’amélioration du service aux usagers.

 

09.11.2018 Départements métropolitains Motion Métropoles – Congrès 2018 Télécharger
09.11.2018 Motion de l’ADF – Congrès 2018 Télécharger
08.11.2018 • Article LOCALTIS Congrès Congrès de l’ADF – Départements : l’amorce d’un dégel ?