Egalités 19.10.2018

4e édition du baromètre HoRHizons

L’édition 2018 du Baromètre HoRHizons vient d’être publiée. Pour la quatrième année consécutive, cette photographie permet de rendre compte de l’état réel de la gestion des ressources humaines des collectivités territoriales et d’analyser ses évolutions. D’une maîtrise des dépenses de personnel à une numérisation des services en progression, retrouvez toutes les tendances de l’emploi territorial dans cette nouvelle publication riche d’enseignements pour les 1,9 million d’agents territoriaux (toutes collectivités confondues).

Une approche rigoureuse et dynamique de la gestion des ressources humaines

Le Baromètre HoRHizons a été créé en 2015 à l’initiative de l’Association des Maires de France et des Présidents d’intercommunalités (AMF), l’Assemblée des Départements de France (ADF), Régions de France, le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et la Fédération nationale des centres de gestion de la fonction publique territoriale (FNCDG), avec la participation du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT).

Cette 4e édition s’appuie sur une enquête CNFPT réalisée par l’institut CSA avant l’été auprès d’un échantillon représentatif de 806 collectivités et établissements publics territoriaux, parmi lesquels 31 Départements. L’étude s’articule en cinq axes : l’évolution de la masse salariale, les régimes indemnitaires, les perspectives de recrutement, la politique de formation, la santé et la sécurité au travail. Elle présente également cette année la prise en compte de plusieurs sujets d’actualité tels que la protection des données personnelles, la déontologie des fonctionnaires, le télétravail et l’état des négociations syndicales.

Des dépenses de personnel contenues

Cette nouvelle édition donne une idée précise des efforts de bonne gouvernance engagés par les Maires et les Présidents, employeurs d’1,9 million agents territoriaux. En dépit d’un contexte budgétaire toujours plus contraint, HoRHizons 2018 montre notamment que les collectivités et les intercommunalités mettent en place « une gestion active, dynamique et rigoureuse des ressources humaines des territoires », tel que le soulignait François Deluga, Président du CNFPT, saluant plus particulièrement l’importance de la formation et la richesse du dialogue social territorial.

Les collectivités ont contenu leurs dépenses de personnel malgré les conséquences des nouvelles mesures statutaires, de rapprochements institutionnels et ce dans un contexte de recherche de mutualisations d’équipements ou de missions. « L’adaptabilité des équipes et la création de postes viennent répondre à des besoins de services aux usagers. Ce sont essentiellement les secteurs de la jeunesse, du social et de la sécurité qui ont bénéficié de ces créations : une explication rationnelle sur des sujets essentiels à l’équilibre social et aux besoins de proximité du pays », a précisé André Laignel, 1er Vice-Président exécutif de l’AMF.

Une meilleure prise en compte des questions d’actualité

Parmi les autres enseignements à retenir : « les collectivités n’ont pas à rougir au regard du secteur privé », écrivait la Gazette des Communes au lendemain de la présentation.  Aussi bien en matière de dialogue social, de déontologie ou encore d’égalité femmes-hommes, l’effort fourni par les collectivités est en nette progression cette année :

  • 54% des répondants ont engagé des négociations salariales (prévention des risques, élections professionnelles, nouveau régime indemnitaire, formation…) depuis le début de l’année 2018 (contre 34% en 2016 et 46% en 2017) ;
  • 86% des Départements ont nommé un délégué à la protection des données au sein de leur structure, en conformité avec le RGPD (règlement européen sur la protection des données personnelles) ;
  • 54% des collectivités et EPCI (80% des Départements), soit 10 points de plus qu’en 2017, ont mis en place au moins une action relative à l’égalité femmes – hommes (parité dans les instances de direction, aménagement des horaires de réunion, féminisation des fiches de poste, rémunération…). Ce sujet fera d’ailleurs l’objet d’un atelier lors du Congrès ADF le 8 novembre prochain à Rennes (Ille-et-Vilaine).
  • 12 % des répondants (43% des Départements) ont formalisé un accord ou sont en phase d’expérimentation pour permettre aux agents de faire du télétravail.

Pour en savoir plus, retrouvez ici la plaquette HoRHizons 2018 et l’intégralité de l’étude de l’institut CSA.

09.11.2018 Départements métropolitains Motion Métropoles – Congrès 2018 Télécharger
09.11.2018 Motion de l’ADF – Congrès 2018 Télécharger
08.11.2018 • Article LOCALTIS Congrès Congrès de l’ADF – Départements : l’amorce d’un dégel ?